Déchets

Publication - 8 avril, 2008
Des millions de tonnes de déchets tourbillonnent également dans nos océans, provenant de la terre et de la mer. Le plastique constituerait 90 pour cent de toutes les ordures présentes dans nos océans. De plus, d’après les estimations de l’ONU, chaque kilomètre carré d’océan contiendrait 120 000 morceaux de plastique flottants. Le plastique est particulièrement omniprésent et problématique en raison de sa durabilité.

Comme il n’est pas biodégradable, il se brise simplement en particules de plus en plus petites, qui sont ensuite ingérées par un éventail d’espèces marines, allant du plancton aux tortues de mer. À mesure que le plastique s’accumule dans leur système digestif, les animaux sont graduellement étouffés ou affamés. De plus, le plastique agit comme une éponge pour certaines des pires toxines, les polluants organiques persistants (POP), s’ajoutant au fardeau toxique de la vie marine.

Cent millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. De ce nombre, 10 pour cent se retrouvent à l’océan. À mesure que les produits de plastique sont poussés par les vagues et le courant, ils gravitent vers des endroits plus calmes de l’océan, créant des zones de fortes concentrations de déchets flottants. Dans le Pacifique Nord, un « tourbillon d’ordures » bien documenté dont la taille représenterait 2 fois la partie continentale des États-Unis tourbillonne lentement.

On estime qu’il y a six kilogrammes de déchets pour chaque kilogramme de plancton! Les déchets errants constituent également un problème grave. De l’équipement de pêche jeté ou perdu flotte sur les océans, continuant à accrocher et à noyer les cétacés et les tortues de mer pendant des années. Tandis que les déchets se promènent dans les courants, divers organismes montent à bord et naviguent vers des habitats où ils peuvent rapidement devenir nuisibles.

L’ironie veut que la grande majorité de ces déchets provienne de sources terrestres. Environ 80 pour cent de ceux-ci tirent leurs origines de la terre, tandis que les 20 pour cent restants viennent de navires commerciaux, de plaisance ou militaires ainsi que de plateformes pétrolières et gazières en haute mer.

Thèmes
Tags