Rapport Mer sous inventaire: Les faits saillants

Publication - 2 juin, 2010
Le point sur les supermarchés et le futur des aliments de la mer.
  • Parmi les principales pêches commerciales dans le monde, celles des grandes espèces prédatrices – comprenant certains des aliments de la mer les plus populaires comme la morue, le thon, le requin et l’espadon – ont diminué partout sur la planète à 10 pour cent sous les niveaux des années 1950. À l’heure actuelle, 80 pour cent des stocks de poissons de grande valeur commerciale sont soit entièrement exploités, surexploités ou décimés. Notre appétit pour les poissons et les fruits de mer dépasse largement la capacité de nos océans de répondre à la demande croissante. L’industrie mondiale des aliments de la mer est la source de la crise dans les océans.
  • En avril 2010, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a classé quatre stocks de morue de l’Atlantique comme espèce en voie de disparition en raison d’un grave déclin de population et de leur incapacité de se remettre d’un effondrement. Le ministère des Pêches et Océans (MPO) établit encore des quotas pour certains de ces stocks, et les supermarchés au Canada continuent de vendre ces espèces menacées d’extinction.
  • Les stocks de thon dans le monde sont en péril. Le stock de thon rouge très apprécié a décliné à moins de 15 pour cent de son abondance historique, tandis que le thon albacore est surexploité dans tous les océans. Les méthodes destructrices de pêche comme les dispositifs de concentration de poissons capturent des thons juvéniles, des tortues de mer et des requins en voie de disparition.
  • Les élevages de saumon le long des côtes canadiennes et partout dans le monde continuent de menacer les stocks sauvages et de polluer le milieu marin. On estime qu’ils représenteraient un facteur contributif considérable dans l’effondrement des populations de saumon rouge. Le saumon d’élevage demeure un vendeur important au pays. La chaîne d’alimentation Overwaitea a commencé à s’approvisionner en saumon d’élevage en circuit fermé dans un système terrestre, une option d’élevage plus durable. Toutefois, elle n’a pas encore cessé la vente de saumon d’élevage traditionnel.
  • L’espèce de la Liste rouge la plus consommée et importée est la crevette tropicale, une espèce dont les méthodes d’élevage et de capture font des ravages dans les mangroves et les écosystèmes marins, tout en ayant des conséquences dévastatrices sur l’approvisionnement en eau douce et la santé de nombreuses collectivités côtières.
  • Les huit plus grands détaillants en alimentation au pays ont commencé à passer de la parole à l’acte depuis la diffusion de notre classement l’an dernier, en 2009. Toutes les chaînes, sauf Costco, sont en train d’élaborer ou mettre en place une politique d’approvisionnement en aliments de la mer, et la moitié d’entre elles ont commencé à retirer les espèces de la Liste rouge de leurs tablettes. Les espèces retirées comprennent le requin, l’espadon, le bar du Chili, l’hoplostète orange et la mactre de Stimpson.
  • Classées de la première à la dernière place, les chaînes ont reçu les notes suivantes : Overwaitea Food Group 51 pour cent (9 pour cent en 2009); Loblaw 41 pour cent (24 pour cent en 2009); Safeway 36 pour cent (3 pour cent en 2009); Walmart 28 pour cent (10 pour cent en 2009); Metro 21 pour cent (1 pour cent en 2009); Sobeys 14 pour cent (11 pour cent en 2009); Federated Co-Operatives 12 pour cent (9 pour cent in 2009) et Costco 7 pour cent (7 pour cent en 2009). Selon le rapport de Greenpeace, les notes ont augmenté pour toutes les chaînes sauf une (Costco), mais dans l’ensemble seule Overwaitea a obtenu la note de passage.
  • Cette année, Overwaitea a obtenu la note la plus élevée dans l’ensemble, car elle a commencé la mise en œuvre de sa politique d’approvisionnement en aliments de la mer, a cessé la vente des espèces de la Liste rouge, recherche activement des solutions pour remplacer les espèces de la Liste rouge encore vendues, fait la promotion d’initiatives relatives aux aliments de la mer durables auprès des consommateurs et bien plus. L’application complète de la politique, allant jusqu’aux poissons et fruits de mer congelés et en conserve, permettra à Overwaitea d’obtenir une note plus élevée lors du prochain classement. Costco a obtenu la note la plus basse cette année, car elle n’a mentionné aucun plan d’abandonner la vente de poissons non durables ni d’élaborer une politique d’approvisionnement en aliments de la mer.
  • Loblaws, le meneur de l’an dernier, est passé en deuxième place. La chaîne a toutefois lancé une campagne novatrice d’information du public et cessé la vente de plusieurs espèces. Safeway. WalMart et Metro ont diffusé une politique sur l’approvisionnement en aliments de la mer durables. Celle de Metro promet d’appuyer les pêches artisanales et locales.
  • Six espèces de la Liste rouge sont encore vendues par toutes les chaînes. Il s’agit du saumon de l’Atlantique, du pétoncle géant de l’Atlantique, du thon albacore, de la morue de l’Atlantique, de l’aiglefin et des crevettes tropicales. Ces espèces comptent aussi parmi les plus populaires et représentent une énorme proportion des poissons et fruits de mer vendus en magasin.
  • Les consommateurs qui désirent faire des choix plus écologiques quant aux aliments de la mer ne sont pas encore assez informés pour le faire, car l’étiquetage des aliments de la mer demeure inadéquat. Certains détaillants ont commencé à fournir de l’information additionnelle et sur les étiquettes aux comptoirs de poissons et de fruits de mer, mais plus de renseignements sur la capture et l’élevage sont nécessaires.
  • On retrouve sur la Liste rouge de Greenpeace des espèces choisies en fonction des critères suivants : état des stocks et vulnérabilité des espèces dans les stocks sauvages pêchés, conséquences de la pêche ou de la méthode d’élevage sur l’habitat et l’écosystème, incidences sur les espèces non visées, prévalence des pratiques illégales de pêche, système de gestion en place et impacts sociaux sur les collectivités touchées.
  • Greenpeace invite les supermarchés à arrêter la vente des espèces de la Liste rouge, à mettre en œuvre leur politique d’approvisionnement en aliments de la mer viables, à faire de la pression pour des changements au début de la chaîne d’approvisionnement et à s’assurer de l’étiquetage adéquat des aliments de la mer vendus. Greenpeace demande à tous les supermarchés d’agir plus rapidement pour refléter la crise qui sévit dans les océans et exhorte Costco à se joindre au reste du secteur de la vente au détail, à élaborer une politique d’approvisionnement et à enlever de vente les espèces non durables.
  • Les 15 espèces ou groupes d’espèces inscrits sur la Liste rouge de Greenpeace sont : l’aiglefin de l’Atlantique, bar du Chili, crevettes tropicales, espadon, flétan de l’Atlantique, flétan du Groenland, hoki de Nouvelle-Zélande, hoplostète orange, morue de l’Atlantique, mactre de Stimpson, pétoncles géants de l’Atlantique, raies et pocheteaux, requins, saumon d’élevage de l’Atlantique, thon rouge, thon albacore et thon obèse.

Pour télécharger le rapport Mer sous inventaire (2010), visitez le www.greenpeace.ca/mer-sous-inventaire.

Pour télécharger le rapport Épuisé, épuisant (2009), visitez le www.greenpeace.ca/epuise-epuisant.

Thèmes