Réchauffement planétaire

Publication - 7 mai, 2008
Le climat mondial connaît des changements et nos océans ne sont pas en reste. Les océans couvrent 70 pour cent de la surface terrestre. Ainsi, de petits changements dans la température des océans se traduisent par des effets graves et répandus sur le climat et la stabilité des écosystèmes marins.

Liens manquants dans la circulation thermohaline

L’eau de nos océans est en mouvement constant, pas seulement en surface, mais aussi dans les grandes profondeurs, dans un « transporteur » faisant lentement circuler les courants chauds et froids autour du globe. Ce processus, connu sous le nom de circulation thermohaline, est engendré par des écarts de température et de salinité des masses d'eau. Il redistribue ainsi la chaleur et les éléments nutritifs pour que la vie prospère dans les milieux marins. En outre, il contribue à réguler le climat de la Terre, en transportant la chaleur absorbée à l’équateur vers les pôles.

Dans l’Arctique, les plateformes de glace et les glaciers fondent à une vitesse sans précédent, déversant des quantités phénoménales d’eau fraîche dans l’océan Atlantique Nord. Ce dernier est un point essentiel de la circulation océanique. Ainsi, l’eau qui a été poussée au nord par le courant de l’Atlantique Nord y est refroidie et descend jusqu’à quatre kilomètres dans une gigantesque chute sous-marine, avant d’entreprendre un long périple vers le sud, bien au-dessous de la surface de l’océan.

La perturbation de ce processus pourrait entraîner de graves répercussions sur la santé des écosystèmes marins. L’eau froide des profondeurs est plus riche en éléments nutritifs que l’eau chaude en surface, qui est quant à elle plus riche en oxygène. La circulation océanique cause des remontées d’eau froide riche en éléments nutritifs pour les animaux de surface comme le plancton, qui est à la base de la chaîne alimentaire marine. L’absence de ces remontées pourrait causer la stratification verticale de l’océan, c’est-à-dire étouffer les couches profondes de celui-ci et priver les couches supérieures d’éléments nutritifs.

Grâce à la circulation thermohaline, l’océan a été en mesure d’absorber et d’enfermer une grande partie du CO2 émis par les humains au cours des deux derniers siècles. Cependant, à la vitesse à laquelle le CO2 est rejeté dans l’atmosphère, nos océans ne suffisent plus à la demande, causant le bouleversement de l’équilibre de leur pH et l’acidification de nos océans. Par des procédés chimiques, le CO2 est transformé en acide carbonique lorsqu’il se dissout, ce qui peut entraîner la corrosion de la structure calcaire des récifs coralliens existants et empêcher la formation de nouveaux coraux ainsi que de mollusques et de crustacés.

Thèmes
Tags