Goberge de l'Alaska

Page - 6 juillet, 2011

Liste rouge de Greenpeace Canada

Info-pêche

Nom latin : Theragra Chalcogramma.

Autres noms communs : Colin d’Alaska

Méthodes de pêches : Chalutage de fond, chalut pélagique, Senne danoise (ou senne de fond).

Zones de pêches : La goberge se trouve partout dans le nord du Pacifique, majoritairement dans la mer de Béring et le golfe d'Alaska. La goberge vit dans les eaux mi-profondes jusqu'à 3281 pieds.

Autres La goberge est considérée comme l'une des ressources ichtyques (ie en poissons) les plus importantes au monde. La goberge est fréquemment consommée sous forme de bâtonnets de poisson ou de filets panés.

Goberge de l'Alaska
Sur la liste rouge? Voici pourquoi   Un peu de biologie

1. La goberge de l’Alaska est une espèce proie clé pour de nombreux mammifères marins, poissons et oiseaux de mer, et notamment pour les otaries de Steller et les otaries à fourrure du Nord. Deux stocks de goberge ont dramatiquement baissé et les prises de pêche dans la région sont beaucoup trop élevées pour leur permettre de se régénérer. Cette situation risque également d’empêcher la régénération des populations d’otarie de Steller.

2. Le chalut pélagique est la principale méthode de pêche de la goberge. Le chalut est souvent en contact avec le plancher océanique ce qui cause d'importants dommages environnementaux. Cette détérioration des fonds marins nuit aux poissons de fond et autres espèces qui dépendent du sol océanique comme les coraux et les éponges pour se nourrir, se reproduire et se mettre à l'abri des prédateurs. La pêche au chalut de la goberge est pratiquée dans plusieurs habitats de coraux et d'éponge connus.

3. Bien que le taux de prises accessoires associées à la pêche à la goberge d’Alaska soit relativement faible (1%), la quantité totale de prises accessoires est très importante (environ 2.5 millions de tonnes) puisque les pêcheries à la goberge opèrent à grande échelle. Ces prises accessoires comprennent un nombre significatif de saumons du Pacifique et notamment des populations menacées. Dans la pêcherie de l’est de la mer de Béring, les prises accessoires ont atteint 130 246 saumons chinook (ou saumon royal) en 2007 et 712 000 saumons (autres que chinook) en 2005.

•La goberge a une espérance de vie de 15 ans et n'atteint le stade de la maturité qu'à trois ou quatre ans.

•La goberge se nourrit surtout de krill, mais aussi de petits poissons et de crustacés.

•Les adultes en phase de fraie sont souvent capturés uniquement pour leurs rogues, ou oeufs, qui se trouvent à l'intérieur de leur corps.

•La goberge est une espèce-proie clé, c’est-à-dire que plusieurs autres espèces dépendent de la goberge pour leur subsistance. Par conséquent, la surpêche de la goberge a un impact considérable sur tout l'écosystème.


Autre

La goberge de l'Alaska est l'ingrédient le plus fréquemment utilisé dans les bâtonnets d'imitation de crabe que l'on retrouve dans certains sushis.

Thèmes