Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les OGM

Publication - 10 mai, 2009
Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme vivant (micro-organisme, plante, animal) dont on a modifié le bagage génétique afin de le doter de propriétés que la nature ne lui a pas attribuées.

C'est par manipulation et recombinaison de l'Acide DésoxyriboNucléique (ADN), qui est le principal constituant des chromosomes et donc le porteur de l'hérédité, que l'on construit des OGM.

Un OGM est un organisme dont on a « bricolé » l'ADN, afin de lui rajouter artificiellement un ou plusieurs gènes provenant d’un autre être vivant. Ainsi, on peut introduire un gène de scorpion dans du maïs ou bien un gène humain dans un porc, afin d’obtenir des bêtes plus musclées et moins grasses. La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui permettent de réaliser ces manipulations, par coupure et réinsertion de gènes.

Un gène?

Les gènes sont des fragments de l'ADN qui contiennent les informations nécessaires au codage des protéines. Chaque gène correspond à un caractère héréditaire particulier et détermine la transmission d'une caractéristique particulière ou d'un ensemble de caractéristiques lors de la reproduction.

La transgenèse (introduction de gènes étrangers dans un organisme) conduit à la création de nouveaux êtres vivants dont les comportements sont imprévisibles. Les conséquences écologiques de la dissémination dans l'environnement d’OGM sont, en l'état actuel des connaissances, impossibles à évaluer.

En contraste aux OGM, la sélection assistée par marqueur (SAM) consiste à faire exprimer un gène dormant, donc déjà existant dans un organisme vivant, afin que ce dernier obtienne une caractéristique désirée.
Par exemple, des plantes ont parfois déjà un gène qui leur permet de résister à la sécheresse, mais qui n’est pas actif. La SAM permet de renforcer la résistance à la sécheresse de cette plante, sans avoir à insérer un gène étranger. La SAM n’est pas un OGM.

Greenpeace et les OGM

Greenpeace s'oppose résolument à la dissémination des plantes OGM dans l’environnement et dans la chaîne alimentaire. C’est une question de précaution, un principe fondamental en droit de l’environnement.

Pour Greenpeace, les biotechnologies et la génomique, en laboratoire, peuvent permettre de mieux comprendre les mécanismes régissant la vie et permettant le maintien de la biodiversité. Greenpeace reconnaît aussi la validité potentielle de produire des substances pharmaceutiques en utilisant des bactéries ou des cellules génétiquement modifiées en réacteur, c'est-à-dire en milieu clos, pour éviter les risques de contamination.

Greenpeace n'a pas d'opposition fondamentale à la recherche de nouvelles connaissances que peut apporter la génomique, du moment qu’elle soit basée sur des principes scientifiques rigoureux, indépendants et transparents, comme le recommande le rapport d’experts de la Société Royale du Canada de 2001.

Les OGM au Canada

Le Canada est l'un des plus importants producteurs de cultures OGM du monde et, partout au pays, jusqu'à 70% des aliments transformés vendus dans les magasins d'alimentation contiennent des ingrédients OGM. Les ingrédients OGM les plus communs proviennent des cultures du maïs, du soya et du canola.

Thèmes
Tags