Greenpeace a mené une enquête sur le désastre en cours et a accumulé des preuves montrant que le pétrole s’infiltre dans les rivières et les terres agricoles. Ces fuites de pétrole provenant des oléoducs s’étendent et produisent une épaisse boue lourde, laquelle asphyxie les plantes et les animaux et force la population à abandonner la zone. Le pétrole contamine les aliments et les réserves d’eau potable, et les résidents doivent vivre en sachant très bien que les rivières, les forêts et l’air posent désormais des risques graves pour leur santé.

En 2010, le monde entier avait les yeux rivés sur BP lorsque l’entreprise déversa accidentellement l’équivalent de 4,9 millions de barils de pétrole dans le Golfe du Mexique. Pourtant, l’industrie pétrolière russe déverse 30 millions de barils sur les terres chaque année — sept fois la quantité qui s’est échappée lors de la catastrophe de Deepwater Horizon — le tout souvent sous le voile du secret et de la corruption. Et tous les 18 mois, l’équivalent de quatre millions de barils se répand dans l’océan Arctique, là où ce pétrole devient le problème de tous.

Déversements de pétrole dans la République des Komis

Après avoir analysé des images satellite pour identifier les sites pollués, le personnel de Greenpeace s’est rendu dans cette région et dans d’autres zones subarctiques pour mener une enquête sur les déversements, les répertorier et exposer l’ampleur des dégâts. Toutes ces photos ont été prises sur une période de trois jours dans un seul des nombreux sites de déversement d’hydrocarbures en Russie.

 01
 02
 03
0
0
oil spill 0
oil spill 0
oil spill 0
oil spill 0
oil spill 10
oil spill 11
oil spill 12
oil spill 13
oil spill 14
 

Le cycle du pétrole, de la corruption et de la pollution

Les activités de développement intensives menées par l’industrie pétrolière et gazière s’accompagnent généralement de campagnes de relations publiques à grande échelle. Elles ciblent particulièrement les résidents concernés leur faisant croire que le forage et la production pétrolière sont absolument inoffensifs et que l’activité contribuera positivement au développement global de la région et de son infrastructure.

 

Quelle est la quantité de pétrole déversée en Russie chaque année?

Les conditions météorologiques extrêmes ainsi que le manque d’entretien sont à l’origine des fissures sur les oléoducs qui laissent échapper le pétrole lentement mais sûrement. De plus, la combustion illégale des gaz associés, contenant 60 % de méthane, un très puissant gaz à effet de serre, est toujours pratiquée. La Russie brûle annuellement près de 40 millions de mètres cubes de ce type de gaz.

Éclatement communautaire

Les groupes autochtones du nord de la Russie, de la Sibérie et de l’Extrême-Orient russe, totalisant environ 250 000 personnes, comptent parmi les groupes les plus vulnérables de la société russe. Leur économie et leurs modes de vie traditionnels reposent uniquement sur la pêche, la chasse au chevreuil, l’agriculture et la cueillette, de sorte que le développement des industries extractives, de la pêche industrielle et de l’industrie forestière porte grandement atteinte à leurs territoires traditionnels et à leur droit de conserver leur mode de vie ancestral.



D

e l’âge de 12 ans jusqu’à sa retraite à 72 ans, Kanev Vyacheslav Vasilyevich a élevé les rennes du village d’Ust'-Usa en République des Komis.

Les rennes ont besoin de grandes étendues de terres sauvages. Aujourd’hui, plus de 3 000 puits de forage, des milliers de kilomètres d’oléoducs et une multitude de routes et de chemins jalonnent les terres des Komis, sans compter les nombreuses installations pétrolières. Kanev raconte qu’au fil des ans, il a été forcé de mener son troupeau de plus en plus au Sud pour trouver des pâturages vierges. Les rennes refusaient de manger la mousse et les lichens poussant dans la région contaminée. L’expansion de l’industrie pétrolière rend l’élevage de rennes impossible et cette activité n’est plus un moyen de subsistance viable.
Valery Bratenkov

V

alery Bratenkov travaille comme contremaître dans des champs pétrolifères près d’Usinsk. Après le travail, il fait partie d’un groupe environnemental de la région. M. Bratenkov signalait fréquemment à ses patrons les déversements d’hydrocarbures qui se produisent souvent sous leur nez et leur a demandé de réparer les oléoducs. « Ils ont été offensés et ont déclaré que ça coûterait trop cher. »
(Source : AP sur place avec Greenpeace)

Dans la zone de l’exploitation pétrolière, les fuites de pétrole forment des lacs toxiques, étouffent la végétation, pénètrent dans le sol et s’infiltrent dans les nappes phréatiques. Dans le petit village d’Ust'-Usa, les habitants en subissent les conséquences quotidiennement.
drinking water
Village Kolva at river Kolva and inhabitants. Young unemploied men at the river.

L

es jeunes du village de Kolva ont peu d’espoir en leur avenir. Ils sont victimes d’un taux de chômage élevé; très peu trouvent un emploi auprès des compagnies pétrolières et les autres possibilités sont limitées. L’alcoolisme est également un problème.

Le taux de suicide en Russie est déjà considéré comme une crise nationale. Dans la République des Komis, les taux représentent presque le double de la moyenne nationale et les communautés autochtones connaissent des taux de suicide trois fois supérieurs.

Spring melt reveals oil spilt through the winter

U

n pêcheur de Kolva montre sa maigre prise. « Ils sont arrivés il y a 40 ans, ils ont creusé des puits et ont laissé le pétrole se répandre sur les terres et dans les rivières jusqu’à ce que les poissons se mettent à nager sur le dos. Là, on a compris à quoi ressemblerait l’avenir. » La pêche, la chasse et l’agriculture étaient les métiers traditionnels des Komis, mais aujourd’hui, plus personne ne peut vivre de ces activités.
Once a good livelihood, fishing has now become a meagre existence for the the people of Kolva village

P

endant le très long hiver arctique, les fuites de pétrole occasionnées par de nombreuses ruptures de canalisations souterraines passent inaperçues. Avec la hausse des températures en été, d’énormes quantités de pétrole portées par l’eau de fonte se retrouvent dans les rivières. « Le printemps, c’est le pire moment de l’année », disent les habitants d’Ust'-Usa. « Ensuite, vous retrouvez du pétrole dans l’eau, dans l’air, dans les aliments, absolument partout. Ça pue le pétrole. Le printemps est l’une des pires saisons. »

Les revendications de la Russie sur l’Arctique



Leçons à tirer

Selon une déclaration d’un représentant du ministère russe des Ressources naturelles, « le développement du plateau continental de la Russie qui se caractérise par des conditions de travail très complexes nécessite l’utilisation de technologies nouvelles et uniques. Il faut également compter sur des conditions climatiques et géotechniques extrêmement difficiles, le manque d’infrastructures, l’éloignement des zones d’extraction des bases de soutien côtières, et l’absence de technologies éprouvées pour l’exploitation marine de gisements pétroliers et gaziers dans l’Arctique. »

Si l’industrie pétrolière et gazière russe s’est montrée incapable de se conformer aux règlements pour exploiter les gisements actuels — alors qu’elle possède les capacités techniques nécessaires — pourquoi devrions-nous croire qu’elle ferait preuve d’une plus grande responsabilité environnementale pour les forages marins de l’Arctique?

Plusieurs études gouvernementales jusque-là classifiées indiquent que la gestion d’une marée noire dans les eaux glaciales de l’Arctique serait « quasi impossible » et que des accidents inévitables déstabiliseraient l’écosystème fragile de l’Arctique.



Faites passer le mot

Share on Facebook Share on TitterShare on Tumblr

Exigeons la protection de l’Arctique!


Téléchargements


Liens

 

Les dernières mises à jour

 

Expédition au Groenland, 2005.

Image | 4 juillet, 2005 à 16:02

Greenpeace presse le président George Bush de faire équipe avec les autres membres du G8 pour contrer les changements climatiques. Sur la photo, un membre d’équipage de Greenpeace déguisé en ours polaire demande qu’on le sauve et qu’on protège...

Rue Notre-Dame et la 25 : boulevard ou autoroute ?

Communiqué de presse | 19 avril, 2005 à 17:00

le 20 avril 05- Un important regroupement d’environnementalistes demande au maire de Montréal de prendre clairement position contre le projet de transformer la rue Notre-Dame aux heures de pointe en simulacre de boulevard-autoroutier. Ces...

Autoroute 25 : les environnementalistes réclament dix ponts

Communiqué de presse | 18 avril, 2005 à 17:00

Montréal, le 19 avril 2005-En attendant un véritable plan québécois de lutte contre les changements climatiques et les gaz à effet de serre, plan qui tarde toujours à venir, le ministre Mulcair, responsable de la protection de l’environnement, se...

Plan fédéral Kyoto : Un brouillon qu’il faut absolument améliorer

Communiqué de presse | 12 avril, 2005 à 17:00

Ottawa, 13 avril 2005 - De façon unanime, plusieurs des principaux groupes environnementaux québécois ont réservé un accueil mitigé au plan fédéral de mise en oeuvre du Protocole de Kyoto. Bien qu’ils constatent que le gouvernement fédéral a...

Autoroute 25 : 76 % des Montréalais optent pour le transport en commun

Communiqué de presse | 28 février, 2005 à 17:00

Montréal, le 1er mars 2005- Pour solutionner les problèmes de mobilité dans l’Est de l’île, 76 % des Montréalais privilégient le développement des transports en commun plutôt que le prolongement de l’autoroute 25 et la construction d’un pont vers...

Mémoire Présenté à la Commission de l’économie et du travail

Publication | 22 février, 2005 à 17:00

Mémoire Présenté à la Commission de l’économie et du travail

Kyoto : relevez le défi des 240 millions de tonnes

Communiqué de presse | 15 février, 2005 à 17:00

Ottawa et Montréal, mercredi le 16 février 2005 – Des militants et militantes de Greenpeace ont envahi la Colline du Parlement dans des costumes d’ours polaire en portant des bannières demandant au gouvernement d’agir immédiatement contre les...

Kyoto incompatible avec le projet de prolongement de l’Autoroute 25

Communiqué de presse | 8 février, 2005 à 17:00

Montréal, le 9 février 2005- Dans une lettre rendue publique ce matin, plusieurs organisations regroupées au sein d’une Coalition contre le projet de prolongement de l’Autoroute 25 demandent au Premier ministre du Québec, Jean Charest,...

Des groupes écologistes demandent au premier ministre de ne pas réduire les objectifs...

Communiqué de presse | 17 janvier, 2005 à 17:00

Des révélations récentes indiquent que le gouvernement fédéral envisage d’atténuer de manière dramatique les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) dans le secteur industriel. Les principaux organismes de protection de...

Les changements climatiques menacent des millions de personnes

Communiqué de presse | 5 décembre, 2004 à 17:00

Buenos Aires (Argentine) et Montréal, 6 décembre 2004 - Buenos Aires accueille du 6 au 17 décembre la 10ème Conférence des Parties (COP10) à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques. C'est l'occasion pour Greenpeace de...

711 - 720 de 820 résultats.