Les énergies renouvelables en France

Page - 10 novembre, 2009

D'ici à 2020, la France devra avoir au moins doublé la part des énergies renouvelables dans sa consommation d'énergie. Le "paquet Energie-Climat " adopté par l'Union Européenne en 2008 l'y oblige. Ce texte prévoit que d'ici 2020, au moins 20% de l'énergie consommée par les pays de l'UE devra avoir été produite à partir d'énergies renouvelables. Pour la France, cela signifie qu'il faut passer de 10,5% (en 2007) à 23% en 2020.

C'est écologiquement indispensable, technologiquement possible et économiquement rentable.

Ecologiquement indispensable

Notre planète ne peut plus absorber nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Les changements climatiques en cours le prouvent. Nous devons recourir à des énergies qui n'émettent pas (ou très peu) de GES. C'est le cas des énergies renouvelables:

  • l'éolien, le solaire et l'hydraulique n'émettent pas de GES
  • le recours au bois en émet un peu (30 à 40 g de CO² par kWh). Mais pendant sa croissance, l'arbre en a consommé tout autant. Le bilan final est donc neutre.
  • les centrales géothermiques émettent en moyenne 55 g de CO² par kWh, mais c'est toujours moins que le charbon ou le pétrole (autour de 200 g) et ces émissions peuvent être réduites.

Les énergies renouvelables sont des énergies très faiblement émettrices de GES. Comme le nucléaire, diront certains. Mais à la différence du nucléaire, elles sont inépuisables, ne produisent que très peu de déchets et le risque de catastrophe est incomparable. Elles ne mettent pas en danger l'environnement et la santé humaine.

Les énergies renouvelables permettent en plus de produire de façon décentralisée, parfois au niveau de l'habitation. Cela évite les pertes dues aux transports d'énergie. Cela permet d'adapter la production aux besoins. À l'inverse, notre système actuel est énergivore. Il est fondé sur de grandes centrales et un réseau centralisé. Il manque de souplesse et entraîne de considérables pertes d'énergie et d'argent.

Technologiquement possible

Les énergies renouvelables sont pratiquement inépuisables et accessibles partout. A l'heure actuelle, en France, le recours à la biomasse (c'est-à-dire l'ensemble des sources énergétiques provenant de la matière organique) et l'énergie hydraulique fournissent la quasi-totalité de l'énergie d'origine renouvelable. Mais nous pouvons faire plus.

La France possède le deuxième potentiel éolien d'Europe et le cinquième en matière d'énergie solaire. Ces deux secteurs se développent d'ailleurs de plus en plus depuis 2004-2005. La ressource française en bois est considérable (évaluée à 40 millions de m3 par an) et le potentiel géothermique gigantesque. Si nous nous donnons les moyens financiers et administratifs de développer les énergies renouvelables, elles peuvent produire 80% de notre énergie d'ici 2050.

Economiquement rentable

Le développement des énergies renouvelables représente un coût certain. Mais cet investissement est rentable pour plusieurs raisons :

  • ces énergies étant inépuisables, elles ne nous feront jamais défaut (ce n'est pas le cas avec les énergies fossiles)
  • elles n'imposent aucun achat à la source, peu de traitement de déchets après usage: c'est moins de frais aux deux bouts de la chaîne
  • elles sont performantes en termes de rendement (60 à 90% pour la petite hydraulique contre 30 à 35% seulement pour le nucléaire): il n'y a que peu de pertes
  • ces énergies sont réparties sur tout le territoire et fortement créatrices d'emplois (684 000 emplois d'ici 2050, si on veut réduire nos émissions de GES de 30%)
  • elles font appel à une main d'œuvre de proximité et relancent des activités parfois en perte de vitesse (comme dans la filière-bois).

Alors que le recours aux énergies fossiles et au nucléaire est extrêmement coûteux et sans avenir, le développement des énergies renouvelables nous assure un futur stable et respectueux de l'environnement.

Nos documents sur le sujet