Sortir de l'addiction au pétrole

Page - 24 janvier, 2011

 

 

Sortir de notre addiction à l'or noir: comment ?

Les pétroles conventionnels -facilement exploitables- se raréfient et les compagnies pétrolières se positionnent sur les projets les plus fous pour s'assurer de garder leur part du gâteau. Ils maintiennent la planète sous haute dépendance en prolongeant notre addiction avec un pétrole plus cher, plus polluant, plus risqué : sables bitumineux, offshore profond, schistes bitumineux : des projets de prospection, voire d'exploitation sont en cours un peu partout dans le monde.

Selon le Potsdam Institute for Climate Impact Research, si l'on veut garder la hausse des températures en dessous des deux degrés et ainsi éviter les pires conséquences des changements climatiques, moins d'un quart des réserves prouvées en fossiles (pétrole, gaz et charbon) peuvent être consommés d'ici à 2050. Nous ne pouvons donc pas pomper jusqu'à la dernière goutte de pétrole.

Les gouvernements du monde entier sont aujourd'hui à la croisée des chemins : ils doivent choisir entre la recherche de pétrole à tout prix, symbole d'une véritable fuite en avant, et le développement massif des économies d'énergie et des filières renouvelables.

Les meilleurs investissements en termes de sécurité énergétique sont ceux qui réduisent la demande et la dépendance au pétrole.

Il est du devoir des Etats de s'atteler à cette tâche titanesque qui est de penser et d'organiser dès aujourd'hui notre nécessaire sortie du pétrole.

Les demandes de Greenpeace

Le dernier scénario énergétique de Greenpeace (juin 2010) prévoit une baisse de la demande en pétrole mondiale de 70 %, une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 80 % et un approvisionnement énergétique issu des renouvelables de 80 % d'ici à 2050.

Greenpeace demande :

  • La sortie des projets à hauts risques : off-shore profond, sables bitumineux, huiles lourdes…
  • La sortie progressive du pétrole d'ici à 2050
  • La suppression des subventions aux fossiles et développer celles aux énergies renouvelables
  • Le développement massif les énergies renouvelables et les économies d'énergies
  • La réduction drastique de la demande en pétrole, notamment dans le secteur des transports :
  • La réduction de la demande dans le secteur des transports passera par une réforme structurelle de celui-ci, selon trois axes:
    • réduction de la demande en transport, ce qui implique de réduire le nombre de kilomètres parcourus par habitant et de limiter la demande de transport de marchandises, en faisant prioritairement disparaître les transports inutiles ;
    • modification en profondeur des usages liés au transport en privilégiant les transports en commun, le vélo et la marche ;
    • amélioration de l'efficacité énergétique des différents modes de transport, notamment des modes de transport routier et aérien.

Pour en savoir plus, la synthèse du rapport [R]evolution Energétique