La forêt boréale canadienne

Page - 23 juillet, 2010

Le Canada possède un trésor unique, Une immense richesse : la forêt boréale du Québec et du Canada est en effet l'une des dernières grandes forêts intactes du monde. C'est l'un des derniers grands écosystèmes forestiers de la planète.

Un écosystème exceptionnel …

S'étendant d'un océan à l'autre, la forêt boréale est une des plus grandes étendues de forêt ancienne au monde et couvre plus de la moitié de la masse terrestre du Canada. Elle présente un paysage composé d'affleurements de granit, de lacs, de rivières et de marais, est parsemée de forêts de pin, d'épinette, de tremble et de peuplier.

Au titre de plus grand écosystème du pays, la forêt boréale est vitale pour les habitants, les animaux et autres formes de vie qu'elle abrite.. Lynx et ours grizzly, caribou forestier et carcajou, sont concernés au premier plan, et désormais menacés d'extinction.

La forêt boréale est primordiale pour la subsistance et pour la culture des peuples autochtones du pays. Près de 80 pour cent des autochtones du Canada vivent dans des régions forestières et beaucoup d'entre eux tirent leur gagne-pain et leurs traditions spirituelles de la nature, de l'eau et de la faune. De nombreuses collectivités nordiques non autochtones dépendent aussi de la forêt boréale, mais de plus en plus de gens perdent leur emploi à cause de méthodes d'exploitation forestière non durables et des ralentissements économiques.

Enfin, puisqu'elle capte près de 40 pour cent de tout le dioxyde de carbone de la planète, la forêt boréale joue un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique.

… malheureusement menacé par l'exploitation forestière

La destruction de la forêt libère d'énormes quantités de dioxyde de carbone, responsables du réchauffement planétaire, et dévaste l'habitat naturel de nombreuses espèces.

L'exploitation forestière a également des répercussions sur les nappes phréatiques de la forêt boréale, qui alimentent les lacs, les rivières et les marais, qui à leur tour assurent la subsistance d'espèces de poissons, d'amphibiens et d'insectes. On estime que 80 pour cent de l'eau douce de la Terre se trouve dans les écosystèmes boréaux.

Environ la moitié de la forêt boréale a été attribuée à des compagnies forestières, ou concédée à celles-ci en vertu de permis. L'exploitation se concentre dans la région sud de la forêt boréale, où se trouve l'habitat faunique le plus productif. Plus de 90 pour cent des activités forestières prennent la forme de coupes à blanc (abattage de la totalité des arbres d'une parcelle d'une exploitation forestière), dont certaines s'étendent sur plus de 10 000 hectares et se classent parmi les plus importantes au monde.

Greenpeace fait campagne pour protéger la forêt boréale

Bien que de nombreuses compagnies forestières s'opposent aux activités visant à protéger la forêt boréale, Greenpeace a réussi à convaincre les entreprises qui achètent de grandes quantités d'articles en papier de s'orienter vers des produits forestiers écologiques. Ces entreprises ont la responsabilité de protéger la forêt et peuvent exercer une grande influence grâce à leur pouvoir d'achat.

Ainsi, en août 2009, la multinationale Kimberly Klark (Kleenex) a annoncé la conclusion d'une entente historique qui assurera une meilleure protection et une gestion plus durable des forêts de mondiales, y compris la forêt boréale.

Aller vers une foresterie durable: l'Entente sur la forêt boréale

Le 18 mai 2010, 21 entreprises membres de l'Association des produits forestiers du Canada (FPAC) et neuf organisations environnementales, dont Greenpeace, ont annoncé la signature d'un accord sans précédent sur la conservation de la forêt boréale canadienne: l'Entente sur la forêt boréale.

Cet accord porte sur 72 millions d'hectares de forêts publiques, actuellement sous concession des membres de la FPAC. Une fois pleinement mis en œuvre, il permettra de préserver une grande partie de l'immense forêt boréale canadienne, de protéger le caribou des bois (espèce en voie d'extinction).

Mais les gains envisagés par l'Entente ne sont pas qu'écologiques, ils sont aussi économiques. Le pari? Viser la santé économique de la filière forestière déjà très mal en point. Comment? En misant sur des pratiques durables. À long terme, on souhaite renforcer le secteur forestier et créer des emplois durables.

L'Entente sur la forêt boréale est le résultat de sept ans de campagne, de rencontres, d'échanges, de coups de pression, et de travail médiatique pour alerter la population sur les mauvaises pratiques de l'industrie forestière.

Mais rappelons que l'Entente est une feuille de route, un plan. Il nous faut maintenant l'appliquer. Greenpeace est déterminée à y parvenir et sera en première ligne pour s'assurer que les entreprises participantes respectent leurs engagements.

Voir la carte des territoires concernés

Voir le texte complet de l'entente

Nos documents sur le sujet