Problèmes

Page - 21 décembre, 2009


Le problème numéro un, c'est la déforestation. En l'espace d'une seconde, ce sont des pans entiers de forêts qui disparaissent de la surface du globe, en particulier en Amazonie, dans le bassin du Congo et en Asie du Sud-Est. Cette déforestation a des conséquences planétaires : l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre, la disparition d'écosystèmes forestiers, la destruction du cadre de vie de centaines de millions de personnes.

20% des émissions de gaz à effet de serre

La déforestation est une des causes majeures du changement climatique. Pour deux raisons. D'une part, parce que moins de forêts, c'est moins de CO2 absorbé et piégé par ces écosystèmes, donc plus de CO2 dans l'atmosphère. D'autre part, parce qu'en coupant des arbres, l'industrie forestière libère le CO2 emmagasiné par ces arbres. Au final, 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dues à la déforestation. C'est plus que l'ensemble du secteur des transports !

Une atteinte à la biodiversité

Non seulement la déforestation participe au réchauffement climatique, mais elle met également en péril la biodiversité animale et végétale. Les forêts concentrent en effet l'essentiel de cette biodiversité : la moitié des espèces terrestres de notre globe vivent dans les forêts tropicales. En détruisant leur milieu naturel, la déforestation les condamne à mort. On estime que le rythme actuel de disparition des espèces est mille fois supérieur à son niveau naturel. A terme, cette éradication du vivant menace l'humanité même.

Des populations locales sacrifiées

En Amazonie, dans le bassin du Congo, en Asie du Sud-Est, les populations locales sont expulsées de leurs terres et voient leur cadre de vie détruit et pollué. Les industriels du bois et de l'agro-alimentaire prétendent créer emplois et richesses. Mais les conditions de travail dans les exploitations forestières sont déplorables. L'argent ne va ni aux salariés, ni aux collectivités locales, mais aux chefs d'entreprise et à quelques individus corrompus.

Le dangereux commerce du bois

Les consommateurs font vivre ce marché du bois au mépris de l'environnement. Notre goût pour les bois exotiques, notre désintérêt pour l'origine des produits que nous achetons contribuent au pillage des forêts. Les prix du bois n'intègrent malheureusement pas les coûts écologiques et sociaux de la déforestation. La législation est insuffisante ou bafouée. Tant que le bois « illégal » et « non-durable » trouvera des débouchés économiques, en particulier en Europe, les forêts tropicales et boréales seront menacées de disparition.

Un agro-business peu scrupuleux

Le commerce du bois n'est pas seul en cause dans la déforestation. L'agro-business déboise à tout va et transforme les zones forestières en terres agricoles. En Indonésie, c'est pour produire l'huile de palme que nous retrouvons dans nos produits de tous les jours. Au Brésil, c'est pour développer l'élevage bovin. Souvent, c'est pour cultiver le soja ou la canne à sucre qui serviront à fabriquer les agro-carburants. Dans tous les cas, la forêt est sacrifiée aux intérêts financiers à court-terme.

Thèmes