La crise silencieuse

Le monde fait face à une crise très silencieuse... le marché du bois volé .
Un bois  coupé, transformé, transporté ou commercialisé en violation des lois nationales ou internationales. 

La motivation économique du déboisement est double : alimenter le commerce du bois,  répondre à la demande mondiale en produits-bois (parquets, matériaux de construction, papier, etc.) d'une part. Et fournir de l'espace à l'industrie agro-alimentaire d'autre part.

Selon Interpol, l’exploitation forestière illégale représente actuellement entre 15 et 30 % des volumes de bois commercialisés dans le monde. La valeur du commerce du bois récolté illégalement est estimée à environ 11 milliards de dollars,  comparable à celle du marché de la drogue – estimée à environ 13 milliards de dollars !


La forêt recule au nom de logiques financières indifférentes aux conséquences environnementales et sociales de cette déforestation.

Nous avons décidé de vous montrer ce crime, qui touche de nombreuses forêts précieuses du globe.

Cette page est notre dossier d'enquête : entrez dans notre récit interactif et découvrez comment l'Amazonie et l'Afrique sont au coeur de ce trafic de bois illégal, puis parcourez le travail de Greenpeace et la base de données du bois illégal entré en France, et enfin agissez à votre tour !

 Entrez dans notre récit interactif

 

 

 

Bannir du marché européen les produits dont la légalité ne peut pas être démontrée

Le règlement européen visant à bannir du marché communautaire le bois et les produits dérivés récoltés illégalement est entré en vigueur dimanche 3 mars 2013. L’objectif de la réglementation RBUE (Règlement sur le Bois de l’Union Européenne) est d’éradiquer les produits du bois d’origine illégale sur le marché européen.

La France, comme la plupart des pays membres, n'est toujours pas prête à appliquer le texte : c’est le ministère de l’Agriculture et des Forêts qui est l'autorité compétente en charge de sa mise en œuvre. Mais pour que des sanctions puissent être prononcées contre un importateur par un juge français,  le vote d'une loi d'application, qui définit le régime de sanction et les modalités de contrôle, est nécessaire.

Le projet de loi discuté au Parlement doit assurer au consommateur qu’il achète des produits dont le bois est d’origine légale, permettre un meilleur respect de la législation dans les pays forestiers et ainsi lutter contre la déforestation.

Depuis plusieurs mois, Greenpeace demande au ministre Stéphane Le Foll et aux députés d’améliorer cette loi.

Pour  revoir les actions de la Brigade de Vérification du bois de Greenpeace , naviguez dans la timeline...

 

 

 

 

Documenter le trafic de bois, apporter les preuves !

Cette base de données publique a pour objectif d'alerter les services des ministères concernés, et tout particulièrement le ministère de l'Agriculture, sur la situation critique des importations de bois volé en France.

Elle est le résultat des enquêtes et de la veille menées par les équipes de Greenpeace dans les ports français. Elle ne saurait être exhaustive, mais nous nous efforçons de la maintenir à jour régulièrement.

 

 

 

 

Partagez l'info !

Share on Facebook Share on Titter

 

 

 

Thèmes