Ce que nous faisons ?

Page - 15 octobre, 2009

Pour des réserves marines

Greenpeace demande la création d'un réseau mondial de réserves marines, qui couvrirait 40% de nos océans. L'objectif est de préserver les écosystèmes marins. Cela signifie interdire la pêche, l'exploitation minière et l'élimination des déchets. Aucune extraction, aucune dégradation ne serait possible.

Greenpeace a établi une carte mondiale de ces réserves marines à créer. Les sites à privilégier seraient les zones de reproduction des poissons, les habitats vulnérables (récifs coralliens, monts sous-marins) et les zones abritant des espèces rares et/ou surexploitées (comme le thon rouge ou les baleines).

Des exemples concluants existent déjà en Nouvelle-Zélande, aux Açores, en Corse. Leurs effets bénéfiques sont prouvés après quelques années d'existence. Ces réserves sont un bon outil de gestion des ressources marines.

Pour une pêche durable

Nous demandons le développement d'une "pêche durable". Elle répond à nos besoins sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Elle n'a pas d'effets négatifs sur les autres espèces animales et végétales, en les tuant accidentellement, en les privant de leur nourriture ou en endommageant leur environnement.

Une pêche "durable", cela veut dire réduire les capacités de pêche, renoncer aux pratiques les plus destructrices (comme les filets dérivants ou le chalutage de fond), créer des réserves marines, suivre les avis des scientifiques, organiser la traçabilité du poisson depuis la zone de capture jusqu'au point de vente.

La pêche durable est le seul moyen de préserver à la fois les ressources marines et l'avenir des pêcheurs.

Pour une mobilisation générale

Pour défendre ses propositions, Greenpeace développe un travail de campagne en Asie et en Afrique.

En Europe, Greenpeace met l’accent sur la réforme de la politique commune des pêches européennes qui régit la pêche pour les bateaux européens,partout dans le monde. Cette politique sera réformée dès 2011 pour une mise en apllication à partir de 2013. L’Europe est aujourd’hui à la fois incapable de préserver les ressources et  de maintenir une activité viable économiquement et socialement.

La nouvelle PCP doit privilégier les écosystèmes plutôt que les intérêts marchands à court-terme.

Pour une action en mer

Greenpeace dispose d'une flotte hors du commun : le Rainbow Warrior III, l'Esperanza et l'Arctic Sunrise. Cette flotte nous permet de développer notre expertise scientifique, sur tous les océans y compris dans les zones les plus reculées, pour étudier le dérèglement climatique, enquêter sur les méthodes de pêche.

Les bateaux de Greenpeace sont aussi là pour témoigner, dénoncer les excès, les activités illégales, et s’opposer au pillage des ressources de nos océans.
Grâce à ces moyens d'action, nous pouvons nous interposer de façon non-violente pour sauvegarder les espèces ou lutter contre la surpêche.
Cette action en mer, sur toutes les mers, est l'une de nos plus grandes forces.

Thèmes