Pêche durable

Page - 14 octobre, 2009

 

Le poisson fait tellement partie de notre consommation quotidienne, il est si facilement accessible que nous avons oublié qu’on ne produit pas du poisson à volonté, mais qu’on va le chercher…et  les ressources de la mer ne sont pas infinies ! Il faut laisser aux poissons le temps de se reproduire et aux écosystèmes marins celui de se régénérer. La pêche est incompatible avec une activité industrielle. chercher à augmenter la productivité est tout simplement absurde. La pêche doit être durable, c’est le seul moyen de pêcher de façon rationnelle, sans se mettre en danger pour le futur..

 

Le principe de la pêche durable

La pêche durable permet de répondre à nos besoins aujourd’hui et de préserver les océans pour demain.
Pour Greenpeace, une pêche durable est une pêche qui :

  • Ne cible pas les espèces les plus menacées et n’opère pas dans des zones fragiles.
  • Peut être poursuivie indéfiniment dans le temps.
  • Prend en compte tout l’environnement, les impacts sur toutes les espèces, et considère les écosystèmes dans leur ensemble.
  • Respecte les avis scientifiques : quantités de poisson à pêcher, durée de la saison de pêche.
  • Utilise des méthodes de pêche sélectives pour ne prendre que le poisson nécessaire
  • N’utilise pas de méthodes destructrices comme le chalut de fond
  • Assure une traçabilité complète depuis la zone de capture jusqu’au point de vente

Pour une pêche durable, il faut des organisations régionales de gestion des pêches, et que les Etats luttent contre la pêche pirate, la corruption et qui sanctionnent véritablement les infractions.

Les modalités

Développer une pêche « durable », c'est d'abord mettre un terme à certaines habitudes qui ne peuvent plus durer. C'est :

  • renoncer aux pratiques de pêche les plus destructrices (comme les filets dérivants ou le chalutage de fond)
  • réduire les capacités de pêche et repenser la politique de subventions aux pêcheurs
  • réduire l'utilisation d'énergie des bateaux, le recours aux produits chimiques et la production de déchets
  • renforcer les contrôles et les sanctions.

Dans le même temps, c'est opter pour des pratiques vertueuses :

  • appliquer le principe de précaution en toute occasion : une espèce qui semble menacée doit être protégée
  • protéger les habitats et les espèces sensibles, notamment en créant des réserves marines et en décrétant un moratoire sur la pêche du thon rouge de Méditerranée, des requins menacés et des espèces de grand fond
  • organiser la traçabilité du poisson depuis la zone de capture jusqu'au point de vente
  • opter pour une pêche socialement et économiquement équitable et responsable
  • responsabiliser les supermarchés et les consommateurs (notamment par un étiquetage complet en magasin).

Le meilleur moyen de soutenir le secteur de la pêche en Europe est de l'aider à se réorienter vers la pêche durable. Greenepace fait campagne pour faire passer ce message aux nieau français et européens, notamment grâce à une réforme de la PCP.

Nos documents sur le sujet