Climat et Energie

Page - 29 septembre, 2010

La crise climatique s'aggrave. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ne cessent d'augmenter. La Terre se réchauffe. Les calottes glacières fondent. Les catastrophes climatiques se font plus fréquentes, plus intenses. Les écosystèmes sont menacés et les réfugiés climatiques déjà une réalité. Notre planète se dérègle. C'est incontestable.

Pour éviter que ces changements ne deviennent ingérables, la température moyenne mondiale ne doit pas augmenter de plus de 2°C d'ici la fin du siècle. Cela peut sembler loin, mais c'est maintenant que cela se décide. Pour atteindre cet objectif, il faut que nos émissions de gaz à effet de serre baissent dès 2015.

C'était l'enjeu du sommet de Copenhague en décembre 2009. Les chefs d'Etat et de gouvernement du monde entier auraient dû y décider de la réduction des émissions de gaz à effet de serre après 2013. Greenpeace demandait un accord ambitieux à la hauteur des enjeux.

Les pays industrialisés auraient dû s'engager à réduire d'au moins 40% leurs émissions de gaz à effet de serre. Quant aux pays en développement, ils doivent être aidés pour ne pas répéter les erreurs des pays du Nord.

Nous ne pouvons pas attendre. Il faut impérativement agir maintenant et changer nos modes de vies, nos façons de produire et consommer. Repousser les décisions à plus tard, c'est se condamner à subir des changements dramatiques. Notre planète ne pourrait plus répondre à nos besoins. Les équilibres politiques, économiques et sociaux seraient dangereusement bouleversés.