Rainbow Warrior

Page - 1 avril, 2008

Le MV Rainbow Warrior est sans doute le plus célèbre de bateaux de Greenpeace à cause de son prédécesseur, coulé en Nouvelle-Zélande en 1985 par deux agents des services secrets français qui avaient posé deux bombes à son bord. Le Rainbow Warrior II a pris la mer pour la première fois le 10 juillet 1989, le jour du quatrième anniversaire de l'attentat contre le premier Rainbow Warrior.

Le nom du bateau est tiré d'une prophétie indienne d'Amérique du Nord qui a eu une grande influence sur l'équipage du Phyllis Cormack lors de la première expédition de Greenpeace. Le prophétie parle d'une époque où la cupidité des humains a conduit le monde au bord de sa destruction et où les Guerriers de l'arc-en-ciel (Rainbow Warrior) se dressent pour le sauver.

Greenpeace a converti le Rainbow Warrior en navire à moteur et à voile, en ajoutant trois mâts à un chalutier de Mer du Nord qui s'appelait auparavant Grampian Fame. C'est un navire de mer équipé des derniers équipements de navigation électronique, de voile et de communication.

Certains des plus grands moments du Rainbow Warrior ont eu lieu quand il est retourné à Moruroa en 1995 pour protester contre la reprise des essais nucléaires par la France. Après avoir été éperonné et abordé par des commandos français, le Rainbow Warrior a immédiatement repris les protestations en rejoignant une flottille de la paix composée de navires du monde entier, avant d'être abordé de nouveau et son équipage arrêté.

En savoir plus sur l'attentat du Rainbow Warrior en 1985

Spécifications

En mer : depuis 1989
Construction : 1957
Type : Voilier assisté de moteur
Port d'immatriculation : Amsterdam
Longueur : 55m
Vitesse maximum : 13 noeuds
Capacité : 11 (max. 30) personnes