Valeurs & méthodes

Page - 21 octobre, 2009

Nos valeurs

Indépendance

Cette indépendance est d'abord politique. Greenpeace n'est soutenu par aucun parti et n'en soutient aucun. Cependant, notre mission conduit à les interpeller (en dehors des extrêmes) pour qu'ils prennent en compte les problèmes que nous dénonçons et qu'ils considèrent les solutions et les pistes de recherche que nous repérons.

Cette indépendance politique repose sur une indépendance financière totale. Greenpeace ne vit que des contributions des particuliers qui ont choisi de soutenir notre démarche. Greenpeace refuse toute contribution financière venant des entreprises, des collectivités territoriales, des gouvernements, des institutions gouvernementales et intergouvernementales. Cette indépendance structurelle est le gage de notre liberté de parole et d'action, en tous lieux et en toutes circonstances.

Non-violence

C'est un élément fondamental de notre démarche. La non-violence est un impératif indissociable de la détermination dans l'action : jamais de dégradation de matériels, jamais de violence envers qui que ce soit. Cette tactique d'interposition des volontaires de Greenpeace pour empêcher une nuisance, imposer un temps d'arrêt pour poser le débat, forcer le positionnement des acteurs, a été inauguré par les fondateurs du mouvement qui se placèrent dans la zone d'essai de la bombe atomique américaine en Alaska en 1971. L'efficacité de la confrontation réside dans la détermination des volontaires à faire rempart de leur corps, à mettre en jeu leur propre vie.

Enjeux internationaux

Greenpeace concentre son attention sur les problèmes globaux qui menacent l'environnement au sens large et qui constituent des enjeux planétaires : changements climatiques, efficacité et sobriété énergétique, prolifération nucléaire, dégradation de la biodiversité dans les océans et les forêts, pollutions génétiques, dissémination des produits toxiques…Certains de ces problèmes sont difficilement perceptibles dans la vie de tous les jours ou dans notre proche voisinage. Pourtant, ces menaces pèsent sur notre quotidien et les générations futures. De même, certaines pratiques qui apparaissent comme peu dangereuses sur un espace donné auront des conséquences désastreuses à l'autre bout du monde.  Ainsi, seule une approche globale permet de traiter ces questions globales.

Contre-pouvoir

Sur la base de ces valeurs fondamentales, Greenpeace mobilise l'opinion publique, construit des rapports de force et oblige les décideurs politiques et économiques à prendre en compte les problèmes environnementaux. Greenpeace s'impose ainsi comme une force de dénonciation et de proposition, un catalyseur pour le changement, un véritable contre-pouvoir indépendant au service des générations actuelles et futures.

Ce contre-pouvoir fonde sa légitimité sur une double considération. D'une part, Greenpeace élabore ses positions sur une analyse rigoureuse des problèmes abordés, s'appuyant sur des travaux scientifiques reconnus et des expertises techniques validées. D'autre part, l'organisation porte les revendications de presque 3 millions de membres répartis dans plus de 40 pays et considérant qu'il est urgent de changer certaines pratiques industrielles, de faire évoluer les règles politiques et de promouvoir de nouveaux comportements responsables.

Nos méthodes

La méthode Greenpeace, c'est l'action pour informer sur les enjeux écologiques et faire pression sur les dirigeants.

En évoquant la mobilisation des « combattants de l'arc-en-ciel », on pense immédiatement aux zodiacs vrombissants, aux activistes suspendus aux cheminées d'usines ou enchaînés aux grilles des entreprises polluantes. On imagine moins le travail de longue haleine dans lequel s'insèrent ces actions de confrontation. Ce travail est indispensable pour obtenir des avancées significatives dans le domaine de l'environnement. En fonction du calendrier politique, de la progression de la concertation, de l'acuité du problème abordé, les phases d'actions et les temps de négociations se combinent autour des cinq composantes de la conduite d'une campagne.

Enquêtes

Cette composante est le préalable indispensable. S'il est nécessaire de dénoncer, il est essentiel d'expliquer le raisonnement qui conduit à considérer que telle industrie, tel produit, tel accord porte préjudice à l'environnement et à la santé publique. Quand le jeu du pouvoir est de gommer toute contradiction pour tenter d'imposer une solution unique, le rôle des contre-pouvoirs est de mettre en évidence les éléments contradictoires qui doivent être portés au débat, pour que soient considérés l'impact environnemental global et les intérêts des générations futures.

Ce travail continu d'élaboration de l'argumentaire permet de mieux cerner les enjeux d'une campagne et de faire progresser la position de Greenpeace en fonction de l'évolution du contexte. Si Greenpeace n'est ni un bureau d'étude, ni un centre de recherche, ses investigations s'appuient sur différents travaux scientifiques et enquêtes techniques, préexistants ou commandés par l'organisation à des centres de recherche indépendants.

Propositions & Concertation

Ce temps correspond à une démarche plus prospective. Au-delà de l'opposition à certains procédés industriels ou certaines orientations politiques préjudiciables pour l'environnement, la responsabilité citoyenne impose d'identifier des pistes possibles pour résoudre les problèmes repérés et proposer des solutions alternatives ou des pistes de recherches.

Greenpeace n'entend pas prendre à sa charge le développement de solutions industrielles ou la commercialisation de produits alternatifs. La mise au point technologique et le développement commercial de ces initiatives restent de la responsabilité des acteurs industriels et des décideurs politiques. Cependant, en tant que mouvement citoyen, nous pouvons repérer des initiatives, approfondir certaines réflexions, mettre en évidence des innovations (qui peuvent offrir les avantages recherchés sans imposer les mêmes risques pour notre environnement) ou soutenir des orientations qui nous semblent souhaitables.

Informations & Pressions

Lorsque ce double argumentaire est établi (opposition et possibles alternatives ou orientations), il est alors traduit en action d'information. Il s'agit dans un premier temps d'informer le public des risques que présentent certaines options industrielles, économiques et politiques, risques que les décideurs tentent le plus souvent de minimiser. L'information est le préalable indispensable à la mobilisation citoyenne. L'engagement des individus, associés à une cause, contribue à la construction du rapport de force qui, tôt ou tard, obligera les dirigeants à considérer les arguments des défenseurs de l'environnement. Il s'agit ensuite de faire pression sur les décideurs, élus, responsables administratifs ou chefs d'entreprises afin qu'ils prennent mieux en compte ces revendications.

Il faut donc expliquer, convaincre et contrer les pressions d'autres groupes catégoriels, politiques, économiques ou industriels qui défendent leurs intérêts sectoriels, ne sont motivés que par l'accumulation au plus vite, de profits et de pouvoir, et font également pression sur ces décideurs. Les motivations de Greenpeace sont d'un autre ordre: préserver les grands équilibres écologiques et défendre les intérêts des générations futures.

Ce travail de lobbying revêt plusieurs aspects : rencontre avec les collaborateurs des cabinets ministériels, participation aux réunions de concertation avec les administrations centrales, informations et débats avec les élus et les partis politiques, participation aux auditions dans le cadre des commissions parlementaires, confrontations avec les dirigeants d'entreprises. Sur la scène internationale, Greenpeace bénéficie d'un poste d'observateur dans le système des Nations-Unies et, à ce titre, participe activement aux négociations des accords internationaux en intervenant en particulier lors des phases préparatoires à l'élaboration des textes. Notre totale indépendance constitue, dans ces négociations, un atout majeur.

Action en justice

Il n'est pas rare que des règlements ou des lois, constituant de bons instruments de protection, soient ignorés ou foulés au pied par des industriels peu scrupuleux ou des gouvernements peu regardants. L'action en justice peut tendre à conforter certains instruments juridiques dont l'intérêt est reconnu. Elle peut également contribuer à construire une jurisprudence permettant de faire progresser le droit pour mieux prendre en compte les évolutions récentes des pratiques industrielles ou mieux cerner des risques nouveaux.

Le recours juridique peut également être nécessaire pour obtenir par voie de justice des informations que les industriels ou les gouvernements refusent de communiquer dans le seul but de protéger des pratiques inacceptables voire illégales.

Confrontation non-violente et médiatisée

Dans un monde idéal, le cycle investigation - argumentation - information - concertation devrait suffire à faire évoluer les pratiques pour une meilleure considération des contraintes environnementales. Dans le monde réel, le seul que nous connaissons, il est la plupart du temps indispensable de forcer le débat, d'obliger les acteurs à reconnaître leur méfaits et d'imposer la prise en compte de certaines considérations environnementales. Les actions de confrontation font la spécificité de Greenpeace et marquent notre détermination à ne pas nous laisser faire. Ces actions n'ont d'autres objectifs que de dénoncer des pratiques cachées, signifier l'urgence du changement et forcer les décideurs à imaginer d'autres voies. L'interposition physique démontre qu'il est possible de faire cesser une nuisance. Cette transgression citoyenne de l'ordre établi constitue parfois un acte illégal. Elle est pourtant légitime, le fait dénoncé étant une agression bien plus grave allant à l'encontre de l'intérêt général. La confrontation non-violente exacerbe le rapport de force et oblige le décideur incriminé à sortir de sa réserve. L'engagement physique dans la confrontation, toujours non-violente, souligne la détermination des demandeurs.

La dimension médiatique et spectaculaire de ces actions est utilisée à dessein comme un moyen. Nos actions se focalisent alors toujours sur une compagnie, un site, un moment crucial afin d'attirer l'attention des médias sur un sujet qui nous préoccupe. Nous espérons ainsi relancer le débat, modifier le rapport de force et aboutir à la mise en place de mesures plus satisfaisantes pour notre environnement et notre santé.

Ces valeurs et ces méthodes nous ont permis d'enregistrer de nombreux succès depuis près de quarante ans.