Climat : les émissions des véhicules, une nouvelle bataille à mener pour l’UE

Actualité - mars 25, 2013

Début mars, après 24 mois de campagne durant lesquels 520 000 internautes du monde entier se sont mobilisés, VW s’est détourné du côté obscur et a enfin rendu public son engagement pour produire des véhicules plus propres, plus efficaces.

Mais la bataille pour des véhicules efficaces en Europe doit prendre une autre dimension… Le geste de VW, plus gros constructeur européen, est un bon signe … À nous, dès aujourd’hui, de continuer à gagner du terrain, tout particulièrement du côté des décideurs politiques européens !
 

 

D’ici juin, les décideurs politiques européens se prononceront sur une régulation des émissions des voitures d’ici 2020. Ils (et notamment les Luxembourgeois) doivent à leur tour avancer et être ambitieux !

Voici nos demandes, pour un cadre réglementaire qui protège l’environnement et les consommateurs:

- Soutenir un objectif d’efficacité des moteurs pour qu’ils ne dépassent pas 95 g de CO2/km d’ici 2020. . Cet objectif devra être atteint sans avoir recours aux failles du système appelées aussi échappatoires
- Soutenir un objectif indicatif de 60g de CO2/km en 2025 afin de fixer le cap vers des véhicules très peu émetteurs et de donner de la prévisibilité à la filière automobile européenne.

La construction et la vente, à grande échelle, de véhicules gourmands en carburant a accentué la dépendance de notre société au pétrole… Et aujourd’hui, qu’on le veuille ou non le pétrole fait partie de notre quotidien…

Les transports dans leur ensemble sont un vecteur de destruction environnementale.

En plus de rejeter des quantités considérables de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les transports ont de nombreux impacts sur l’environnement aussi bien à l’échelle locale que globale. Ils contribuent aux émissions de polluants, à l’artificialisation d’espace, à l’altération, la fragmentation et la destruction des habitats naturels, et à la pollution marine.
Le transport routier est responsable de plus de 70% des émissions de CO2 des transports qui équivaut à 20% des émissions totales de CO2 de l’UE. En outre, le secteur est responsable d’environ la moitié de la facture des importations de pétrole de l’UE, soit 300 milliards d’euros par an.

L’augmentation des émissions de CO2 liées aux transports s’est faite malgré l’amélioration de la performance énergétique des véhicules car l’utilisation des transports de passagers et de marchandises a quant à elle augmenté. La voiture est encore utilisée pour environ 65% des déplacements en France, dans plus de 80% des cas en Europe.

Pour satisfaire cette addiction au pétrole, les compagnies vont chercher la matière première plus loin, plus profond … et plus dangereux, comme en Arctique.

ET pourtant, changer de modèle pourrait TOUT changer !

A commencer par les véhicules individuels, principaux consommateurs de pétrole du secteur des transports.

Des décisions politiques ambitieuses au niveau européen auraient des conséquences majeurs! En termes d’émissions de gaz à effet de serre en tout premier lieu. Mais en termes d’économies pour l’automobiliste également… Ainsi, si l’objectif européen de 95g est atteint (notre demande pour 2020) c’est une économie de 340 euros réalisée annuellement pour le conducteur français. Si l’objectif de 60g de CO2/km est atteint (notre demande pour 2025) c’est une économie de 650 euros par an pour les français sur un budget actuel de 1 500 €!
Lire l’étude complète “permis d’économiser” sur les économies que les automobilistes de 15 pays européens pourraient réaliser.

C’est à nous de jouer

Face aux négociations politiques de l’ombre, nous pouvons avoir l’impression que notre voix est inaudible. Mais nos décideurs politiques, élus européens, doivent nous représenter. À nous de les convaincre et de leur donner du poids.

C’est pourquoi Greenpeace lance aujourd’hui Europe VS CO2. http://www.euvsco2.org/ Objectif : motiver nos décideurs politiques !

Rejoignez le combat contre le CO2 !

Tags