Conseil des ministres de la pêche :

Le droit de pêcher à ceux qui pêchent d’une manière durable !

Communiqués de presse - décembre 14, 2012
En perspective du conseil des ministres de la pêche du 18 décembre prochain et des discussions relatives à la Politique Commune de la Pêche (PCP) au parlement européen, Greenpeace demande au ministre de la pêche Romain Schneider et aux députés européens luxembourgeois de s’engager résolument pour les droits des petits pêcheurs artisanaux. La pêche artisanale à petite échelle est le type de pêche qui respecte le plus les ressources marines et garantit ainsi la durabilité de la pêche. L’Union européenne doit arrêter de subventionner les gros navires de pêche industrielle responsables de la surpêche des océans.

Les petites embarcations d’environ 9 mètres de long des pêcheurs artisanaux représentent près de 80% de la flotte européenne et créent donc un grand nombre d’emplois. Mais pour autant la pêche artisanale n’est pas responsable de la surpêche des océans car elle pêche en général selon des pratiques de pêche durable. Que plus de 60% des stocks de poissons soient dans un état de surpêche est le résultat d’une PCP qui depuis des années fixe les quotas à des niveaux trop élevés et les attribuent principalement aux gros navires de pêche (*) qui non seulement prennent trop de poisson, mais qui en plus détruisent par les techniques de pêche employées les écosystèmes marins.

 

« C’est inacceptable que justement ceux qui pêchent d’une manière durable, c.à.d. les pêcheurs artisans ont uniquement droit à quelques petits pourcentages des quotas. Actuellement dans le cadre de la PCP la grande majorité des quotas est attribuée à quelques gros navires industriels qui pêchent d’une manière destructive et vident ainsi les océans de leurs poissons », déclare Maurice Losch, chargé de campagne Océans chez Greenpeace Luxembourg.

Greenpeace a suivi avec grand intérêt le premier congrès des pêcheurs artisans d’Europe qui s’est tenu le 18 novembre dernier à Bruxelles. Le congrès des pêcheurs artisanaux qui a réuni des petits pêcheurs d’Italie, d’Espagne, de France, d’Angleterre, de Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Pologne etc. était un des premiers rassemblements de taille de ceux qui aiment leur métier et aimerait continuer de pratiquer ce métier tout en respectant les ressources marines.

Lors de leur congrès, les pêcheurs artisans ont revendiqué que les quotas devraient être attribués à ceux qui respectent la ressource marine, que la surcapacité de la flotte de pêche industrielle devrait être réduite et les pratiques de pêche destructrices interdites. L’Union européenne devrait supprimer les subsides européens qui cofinancent actuellement des pratiques de pêche destructrices et non-durables.



« Actuellement l’industrie de la pêche avec ses grands navires pèse de tout son poids sur les négociations de la PCP pour faire perdurer un système qui épuise les ressources de poissons. La place que les grands laissent aux petits est quasi nulle. L’actuelle PCP ne donne pas de perspectives d’avenir aux petits pêcheurs artisanaux. Nous demandons au ministre de la pêche et aux déput��s européens luxembourgeois de s’engager pour faire changer les choses », déclare Maurice Losch, chargé de campagne Océans chez Greenpeace Luxembourg.

Contact :
Maurice Losch, chargé de campagne Océans, Greenpeace Luxembourg
Tel. : 621 215 024 ; Email :

Note :
(*) Les plus grands navires de pêche industrielle peuvent mesurer jusqu’à 100 ou 140 mètres de long et ont la capacité de rester plusieurs mois en mer.

Thèmes