Agrocarburants: Déception à Strasbourg

Le parlement européen freine les réformes de la législation européenne en matière d’agro-carburants

Communiqués de presse - septembre 11, 2013
Le Parlement européen a voté aujourd'hui des propositions de réforme de la législation européenne sur les agro-carburants. Les ONG réunies sur la plate-forme CEREALKILLER qualifient le résultat du vote de très décevant.

Le Parlement européen a statué le fait que 6 pour cent de la consommation totale d'énergie dans le secteur des transports peuvent être couverts par des agro-carburants produits à partir de denrées alimentaires et de plantes énergétiques. Ceci est bien au-dessus de la consommation actuelle de l'UE de 4,5 pour cent, et même plus que ce que la Commission européenne avait proposé.

Ainsi, le Parlement européen a échoué à mettre fin aux impacts de la production d'agro-carburants sur les prix et la sécurité alimentaires.

En outre, ce dernier a voté le fait de ne considérer les effets indirects de la production d'agro-carburants sur le climat qu’à partir de 2020. La conséquence: la consommation d’agro-carburants dont les émissions de CO2 sont supérieures à celles des carburants classiques tels que le diesel ou l'essence continuera.

Il est particulièrement décevant que les membres du Parlement européen aient aujourd'hui  décidé de ne pas entrer en négociation avec le Conseil des ministres de l’UE. La réforme urgente de la législation européenne en matière d'agrocarburants sera ainsi d'autant plus retardée.

Le Parlement européen a manqué aujourd'hui d’orienter le secteur des transports vers un voie durable. Compte tenu du résultat du vote ambivalent, les contribuables européens continueront de soutenir avec leurs impôts la faim, la destruction des forêts tropicales, le changement climatique et la violation des droits de l’homme dans les pays en développement.

Lire le communiqué de presse de CEREALKILLER en langue allemande