Greenpeace dénonce la présence de substances toxiques chez des grandes marques de mode

Communiqués de presse - novembre 20, 2012
Selon le nouveau rapport présenté aujourd’hui par Greenpeace International à Beijing, de grandes marques de mode vendent des vêtements contaminés par des substances toxiques, qui, si émises dans l’environnement, se dégradent en composantes susceptibles d´agir comme perturbateurs hormonaux ou d´être à l’origine du développement de tumeurs cancérigènes. (1)

Lors de son enquête, Greenpeace a trouvé des substances chimiques et toxiques dans des vêtements de 20 marques de mode dominantes, dont « Zara » leader mondial. Les marques concernées sont « Benetton, Jack & Jones, Only, Vero Moda, Blažek, C&A, Diesel, Esprit, Gap, Armani, H&M, Zara, Levi’s, Victoria’s Secret, Mango, Marks & Spencer, Metersbonwe, Calvin Klein, Tommy Hilfiger, et Vancl ».

 
Le rapport « Toxic Threads – The Big Fashion Stitch-Up » résume les résultats de 141 tests effectués sur des vêtements et dénonce les liens entre la manière de produire les vêtements et la présence de substances toxiques dans le produit final.

« De grandes marques de mode font de nous des victimes en nous vendant des vêtements qui contiennent des substances toxiques. Ces substances toxiques contribuent à la pollution de l’eau partout dans le monde aussi bien lorsque les vêtements sont produits que lors de leur lavage », explique Maurice Losch, chargé de campagne toxique chez Greenpeace Luxembourg.

Les vêtements testés, dont des « jeans », des t-shirts, des sous-vêtements pour hommes, femmes et enfants ont été produits dans les pays du Sud. Les résidus des substances sont libérés et contaminent les cours d’eaux et les nappes phréatiques.

« L’industrie textile pollue l’eau pour son seul profit. Mais elle pourrait très bien se passer des substances les plus toxiques lors de la production. Des alternatives existent. Nous demandons, notamment à « Zara » leader mondial de montrer l’exemple et de prendre des mesures urgentes pour garantir l’élimination des substances toxiques dans la chaîne de production ! Au Luxembourg nous appelons les vendeurs de vêtements à s’engager en demandant des garanties auprès de leurs fournisseurs », déclare Maurice Losch de Greenpeace Luxembourg.


Contact: Greenpeace Luxembourg, Maurice Losch, chargé de campagne toxique
Tel. : 621 215 024; Email :

(1) Pour savoir quelle substance toxique a été trouvée dans quelle marque, veuillez consulter le rapport et les résultats détaillés de l´enquête ici.

Tags