Greenpeace réagit aux dernières allégations du Comité d’enquête russe

Actualité - octobre 10, 2013
Le comité d’enquête russe a annoncé préparer de nouvelles inculpations pour "crimes graves" à l’encontre de l’équipage de l'Arctic Sunrise, à bord duquel auraient été découverts des stupéfiants et produits suspects. Nous supposons que les autorités russes parlent en réalité de la dotation médicale que nous sommes tenus, conformément au droit maritime, d’emporter à bord de nos bateaux.

jeudi 10 octobre 2013

Les autorités russes ont commencé à fouiller l’Arctic Sunrise il y a plusieurs semaines déjà, et ils en ont exploré les moindres recoins. Nous estimons donc que cette annonce ne vise qu’à détourner l’attention du sentiment d’indignation que suscite, partout dans le monde, le maintien en détention des 30 membres d'équipage de l’Arctic Sunrise. Les allégations selon lesquelles des substances illicites se trouvaient à bord sont forgées de toutes pièces, de la diffamation pure et simple.

Des règles très strictes concernant les produits stupéfiants sont en vigueur à bord des bateaux affrétés par Greenpeace. Il faut donc examiner avec la plus grande méfiance toute allégation selon laquelle des produits d’une nature autre que médicale ont été retrouvés à bord. Avant de quitter la Norvège, le bateau a été passé au peigne fin par un chien renifleur par les autorités norvégiennes, comme il est de règle. La législation norvégienne compte parmi les plus strictes au monde. Rien d’illicite n’a été retrouvé à bord, tout simplement parce que rien d’illicite ne s’y trouvait.

L’Arctic Sunrise bat pavillon néerlandais. Il a été saisi en dehors des eaux territoriales russes, il est donc soumis à la législation néerlandaise. Or, au regard du droit néerlandais, il serait illégal pour un bateau battant pavillon néerlandais de ne pas avoir à son bord le matériel médical prescrit.

Le bateau comptait parmi son équipage, un médecin diplômé, possédant plus de 10 ans d’expérience au sein des hôpitaux russes. De plus, certains produits médicaux sont conservés dans un coffre auquel seuls le capitaine et le médecin ont accès. Nous savons que ce coffre a été fracturé par les autorités russes au cours des fouilles du navire. Nous supposons que les services de sécurité russes font allusion aux produits que ce coffre contenait.