Greenpeace salue l’interdiction d’un autre pesticide tueur d’abeilles

Cependant celles-ci ne peuvent réellement être sauvées qu’avec une interdiction totale des pesticides et une agriculture écologique

Actualité - juillet 19, 2013
Une proposition de la Commission européenne pour la restriction d’un pesticide reconnu dangereux pour les abeilles a reçu l’approbation de la grande majorité des représentants des pays de l’Union Européenne. 23 états membres de l’UE ont voté en faveur d’une interdiction partielle du pesticide fipronil, 2 voix contre, et 3 abstentions [1]. Greenpeace estime que le projet d’interdiction du pesticide ne sera pas suffisant pour permettre à la population d’abeilles de se redévelopper. Et que seule l’interdiction totale à long terme peut aider à restaurer la santé des populations d’abeilles.


 

Une étude scientifique publiée en Mai par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a constaté que le fipronil, un pesticide produit par l’entreprise chimique allemande BASF, présentait « un risque aigu pour les abeilles lorsqu’il est utilisé pour le traitement des semences de maïs » [2]. Trois autres pesticides dangereux pour les abeilles ont été partiellement interdits en Europe suite à de similaires accablants rapports de l’EFSA [3]. L’examen de ces interdictions était hier à l’agenda du Conseil européen Agriculture et Pêche.

L’EFSA a également identifié de grandes lacunes d’informations dans les études scientifiques quant aux autres utilisations du pesticide, et les effets sur les autres pollinisateurs. Ce manque d’informations rend impossible une évaluation complète du risque. Fipronil est déjà interdit en tant que pesticide dans deux tiers des pays de l’Union Européenne. Le projet de la Commission comporte des lacunes pour diverses cultures avant la floraison, et pour les utilisations dans les serres. Ce manque de législation aura pour conséquences que le pesticide restera dans les sols et dans l'environnement.

«Les résultats des études de l'EFSA soulignent fortement la nécessité d'une interdiction de précaution complète de ce pesticide toxique pour les abeilles », déclare Martina Holbach, chargée de campagne agriculture durable chez Greenpeace Luxembourg. « Alors que le fipronil est déjà interdit dans de nombreux pays de l'UE, les abeilles ne s'arrêtent pas aux frontières nationales. Pour arrêter leur déclin, la Commission doit interdire ce pesticide et rapidement élaborer un plan global contre l'agression chimique plus large à laquelle les pollinisateurs tels que les abeilles font face chaque jour. »

Un rapport de Greenpeace sur les menaces chimiques auxquelles font face les abeilles en Europe a identifié sept pesticides, dont le fipronil, qui nuisent à la santé des pollinisateurs [4]. Les abeilles et les autres pollinisateurs jouent un rôle crucial dans la production alimentaire. Environ un tiers des cultures vivrières de la planète dépend directement de la pollinisation naturelle des abeilles et d'autres animaux [5]. Greenpeace estime que seule une agriculture basse en intensité, dont la rotation des cultures et la lutte naturelle contre les parasites, peuvent éliminer les produits chimiques et d’autres menaces contribuant au déclin des abeilles.


Notes

[1] Commission européenne, 16 Juillet 2012 "Abeille Santé: l'UE prend des mesures supplémentaires sur les pesticides afin de mieux protéger les abeilles de l'Europe» http://ec.europa.eu/food/animal/liveanimals/bees/docs/bee-health-16072013_en.pdf

[2] L'EFSA, 27 mai 2013, l'EFSA évalue les risques pour les abeilles du Fipronil http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130527.html

[3] Greenpeace, 29 Avril 2013, «la majorité des pays de l'UE soutiennent l'interdiction partielle des pesticides destructices des abeilles : http://www.greenpeace.org/eu-nit/en/News/2013/Majority-of-EU-countries-support-partial-ban-of-bee-killing-pesticides/

[4] Le déclin des abeilles’, (Mars 2013) Laboratoires de Recherche de Greenpeace, http://www.greenpeace.org/switzerland/Global/switzerland/publications/Greenpeace/2013/agriculture/Bienenreport_FR.pdf 

[5] Kremen C, et al (2007), ‘Pollinisation et autres services écosystémiques produites par des organismes mobiles: un cadre conceptuel pour les effets de l'utilisation des terres chang’, Lettres Ecologie, 10: 299-314.