La Commission européenne protège les entreprises polluantes et pas le climat!

Communiqués de presse - janvier 22, 2014
Bruxelles/Luxembourg, le 22 janvier 2014 – Aujourd’hui, la Commission Européenne a publié un ensemble décevant de propositions sur la politique climatique et énergétique de l’Union Européenne à l'horizon 2030. Elle propose des objectifs peu ambitieux: 40% moins d’émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990, ainsi qu’ un objectif contraignant d’ au moins 27% pour les énergies renouvelables. Greenpeace juge les propositions de la Commission Barroso insuffisantes et inacceptables.

Des propositions peu ambitieuses et insuffisantes:

« Le plan pour 2030 de la Commission européenne n’est rien d’autre que le bradage intégral de l’industrie des énergies renouvelables en plein essor. Les citoyens européens auront à payer le prix de cette politique: moins d’emplois verts, dépendance prolongée de combustibles fossiles coûteux, et espérance de vie plus courte à cause de la pollution. Seulement des objectifs “énergies renouvelables” crédibles et contraignants peuvent réellement entamer la transformation du système énergétique de l’UE.» déclare Martina Holbach, chargée de la campagne climat de Greenpeace Luxembourg. « Greenpeace réclame des objectifs contraignants d’ici 2030: 45% pour les énergies renouvelables, 40% pour l’efficacité énergétique ainsi qu’ un objectif de réduction domestique des émissions des gaz à effet de serre d’au moins 55% », explique Martina Holbach.

Des États membres plus engagés que la Commission

«En décembre 2013, 8 pays avaient interpellé la Commission pour qu’elle propose un objectif pour les énergies renouvelables et un objectif de réduction des gaz à effet de serre. La plupart de ces pays, à savoir, l'Allemagne, le Danemark, l’Autriche, l’Irlande, la Belgique et le Portugal ont apporté leur soutien pour un objectif juridiquement contraignant. Le Portugal a adressé une lettre au Président de la Commission, José Manuel Barroso, requérant un objectif de 40%. Le 20 janvier dernier, les ministres luxembourgeois en charge des dossiers énergie et environnement ont déclaré leur soutien pour l’initiative de leurs huit homologues. » explique Roger Spautz, chargé de campagne de Greenpeace Luxembourg. Le

Luxembourg s’engage pour des objectifs ambitieux

« Greenpeace apprécie le fait que le gouvernement luxembourgeois se soit finalement exprimé publiquement pour un objectif ambitieux, en matière d’énergies renouvelables ainsi que pour des objectifs ambitieux en matière d’émissions de gaz à effet de serre et d’efficacité énergétique », ajoute Roger Spautz, chargé de la campagne nucléaire de Greenpeace Luxembourg. « Greenpeace appelle tous les pays qui n’ont pas encore supporté l’initiative des huit pays à se manifester lors de la réunion interministérielle des ministres de l’environnement et de l’énergie de l’UE le 3 et le 4 mars prochain, afin de pousser la Commission européenne dans une direction ambitieuse. Nous espérons que le gouvernement luxembourgeois jouera un rôle proactif dans ce sens, lors des prochains conseils européens », conclut Roger Spautz.