Le parti-pris du Canada en faveur de l’industrie pétrolière risque de détruire l’Arctique

Signez la pétition au Premier ministre du Canada Stephen Harper!

Actualité - mai 17, 2013
Au moment où le Canada a pris la présidence du Conseil de l’Arctique, Greenpeace a lancé une pétition visant à inciter le gouvernement canadien à placer les intérêts de l’humanité et de l’environnement au-dessus de ceux des compagnies pétrolières.

Le Conseil de l’Arctique a pour mission d’assurer la protection de l'environnement et le développement durable de cette région fragile; or le gouvernement canadien affirme vouloir utiliser cette organisation pour promouvoir les intérêts de l’industrie. Lors des entrevues qui ont précédée la réunion ministérielle des pays de l’Arctique à Kiruna, la ministre canadienne de la Santé Leona Aglukkaq et d’autres fonctionnaires canadiens avaient affirmé que l’industrie devrait occuper une place plus importante au sein du Conseil.

« Nous ne laisserons pas le gouvernement Harper utiliser le Conseil de l’Arctique à sa guise pendant deux ans et planifier la destruction de l’environnement Arctique », a affirmé Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie et Arctique de Greenpeace Canada. « Si Stephen Harper fait à l’Arctique ce qu’il a fait au Canada, tous ceux qui ont à cœur l’avenir de cette région auront de sérieuses raisons de s’inquiéter. »

Malgré les appels à l’action de la part des scientifiques du Conseil de l’Arctique et des ministres présents en Suède, la réunion s’est terminée sans plan permettant d’espérer une entente internationale contraignante qui règlementerait les émissions de carbone noir (suie) ou qui freinerait la ruée vers l’or noir Arctique.

Plus tôt cette semaine, des peuples autochtones de l’Arctique participant à une conférence organisée par Greenpeace et le Comité de sauvegarde de la rivière Pechora ont signé une déclaration conjointe d’opposition aux forages pétroliers.

À Ottawa, des bénévoles de Greenpeace ont paradé sur la Colline parlementaire en compagnie d’un ours polaire grandeur nature et tenu des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Harper : forages dans l’Arctique = déversements » et « Canada: Don’t destroy the Arctic too ». Leur but était de démontrer qu’une catastrophe environnementale dans l’Arctique aurait les mêmes impacts toxiques que l’exploitation des sables bitumineux.

Pour regardez l'album cliquez sur la photo:
Paula Bear opposes Arctic drilling in Canada 

Greenpeace exige que le Canada doit utiliser sa présidence de deux ans pour inciter le Conseil de l’Arctique à atteindre des objectifs concrets, au nom de l’environnement nordique et de ses habitants :
Greenpeace demande aux gouvernements d’établir un sanctuaire marin mondial autour du pôle Nord, c’est-à-dire une zone légalement protégée de toute forme d’activité industrielle de grande ampleur, incluant les forages pétroliers et la pêche commerciale. Plus de trois millions de personnes à travers le monde ont d’ores et déjà appuyé cette initiative en signant la pétition Sauvons l’Arctique de Greenpeace.

Signez la pétition au Premier ministre du Canada Stephen Harper!

Tags