Les peuples autochtones lancent un appel au Conseil de l’Arctique au moment où le Canada prend la présidence

Actualité - mai 15, 2013
En marge du sommet du Conseil de l’Arctique qui débutera demain à Kiruna, en Suède, des peuples autochtones de l’Arctique ont émis une déclaration d’opposition aux forages pétroliers. Avec 15 nouveaux signataires cette déclaration envoie un message clair au Canada qui doit assurer la présidence du Conseil pour une durée de deux ans.

Kiera Kolson, responsable de campagne Arctique de Greenpeace Canada © Christian Aslund/Greenpeace

Environ 80 délégués originaires de sept pays de l’Arctique se sont réunis à Kiruna pour assister à la conférence intitulée « The Peoples’ Arctic: Unified for a Better Tomorrow » (La population de l’Arctique : unit pour un avenir meilleur). Organisée par Greenpeace et le Comité de sauvegarde de la rivière Pechora, cette deuxième conférence annuelle avait pour but de tisser des liens entre les communautés autochtones de la région arctique et de favoriser leur contact avec les organisations environnementales.

 Deux jours d’ateliers ont permis aux délégués d’aborder divers sujets tels que l’extraction des ressources naturelles et les changements climatiques. Leur déclaration démontre l’opposition croissante des peuples autochtones aux forages dans l’Arctique. Bon nombre de communautés risquent en effet d’être touchées par l’industrialisation de leurs territoires et d’éventuels déversements de pétrole.

« Cette conférence donne une idée de la direction où nous voulons aller », affirme Bill Erasmus, chef des Premières nations Déné, vice-président du Conseil arctique de l’Athabaska et participant à la conférence de Kiruna. « Peu importe leur métier ou leur milieu d’origine, les gens s’inquiètent du sort de leurs territoires et commencent à se réunir pour en discuter. » M. Erasmus soulèvera d’ailleurs cette question lors de la réunion des ministres des affaires étrangères du Conseil de l’Arctique, qui aura lieu le mercredi 15 mai.

La Déclaration conjointe de solidarité autochtone pour la protection de l’Arctique a été rédigée en août 2012 lors de la première conférence des peuples autochtones de l’Arctique, qui a eu lieu à Usinsk, en Russie. Vingt-deux délégués et organisations russes l’ont signée (dont RAIPON, un participant permanent au Conseil de l’Arctique) ainsi qu’un délégué inuit du Groenland et une organisation du Nigeria. Dans les mois qui ont suivi, le Conseil intertribal de l’Alaska et le Forum de la société civile Russie-États-Unis ont également apposé leur signature.

À l’issue de cette deuxième conférence, la Déclaration compte 15 nouveaux signataires individuels et institutionnels, dont le Conseil arctique de l’Athabaska, les Premières nations Déné, l’Assemblée des Premières nations des Territoires du Nord-Ouest, le Conseil jeunesse du Parlement Saami de Suède, l’organisation écologiste groenlandaise Avataq, le Secrétariat des peuples autochtones et le maire d’une ville de l’Alaska. Pour consulter la Déclaration et la liste des signataires, visitez la page suivante (en anglais) : http://bit.ly/14htDxI

 

« Avec cette Déclaration, les peuples autochtones de l’Arctique envoient un message très clair au Conseil de l’Arctique et réaffirment l’importance de protéger cette région contre les ravages de l’industrie pétrolière. Pour l’instant, le Conseil se limite à élaborer un plan d’urgence en cas de marée noire qui ne vaut même pas le papier sur lequel il est imprimé », affirme Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International et participant à la conférence de Kiruna. « Le Conseil de l’Arctique doit cesser de gaspiller son temps et ses ressources à produire des documents inutiles qui ne sont nullement contraignants envers l’industrie et les gouvernements. Le Conseil doit revenir à son mandat initial de protection de l’Arctique et demeurer à l’écoute de ses habitants. »

Pour plus d'information (en anglais): www.peoplesarctic.org

Tags