Greenpeace porte plainte auprès de la Commission européenne

Communiqués de presse - mai 17, 2017
Paris / Luxembourg, le 17 mai 2017 – Greenpeace porte plainte contre l’Etat français auprès de la Commission européenne afin de dénoncer le caractère illégal de l’aide octroyée à la société EDF, suite à l'opération de recapitalisation bouclée en mars 2017. Cette aide, qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, vise à financer des projets nucléaires particulièrement risqués pour l’entreprise, dont principalement celui d’Hinkley Point au Royaume-Uni.

 

Une recapitalisation destinée au financement d’Hinkley Point

La plainte de Greenpeace vise à dénoncer l’incompatibilité des augmentations de capital d’EDF avec les règles européennes relatives à la concurrence. Dans le cadre de l’augmentation de capital de mars 2017, l’Etat a injecté trois milliards d’euros dans les caisses d’EDF. De plus, depuis 2015, l’Etat français a choisi l’option de paiement de ses dividendes en actions, et non en numéraire, ce qui représente à ce jour un montant de 3,8 milliards d’euros accordés à EDF. L’Etat français a donc transfusé 6,8 milliards d’euros à EDF, sans aucune garantie d’assainissement des finances de l’entreprise en contrepartie, alors qu’elle est endettée à hauteur de 75 milliards d’euros.

Au vu des déclarations d’EDF et de l’Etat de ces 12 derniers mois, ainsi que des documents financiers de l’entreprise, cette augmentation de capital a surtout été orchestrée pour faciliter le financement d’Hinkley Point au Royaume-Uni. Un projet à haut risque, pour lequel l’entreprise devra débourser 16 milliards d’euros alors qu’elle n’a déjà pas les moyens d’investir dans le maintien de la sûreté du parc nucléaire français, ni dans les renouvelables.

Pour Laura Monnier, chargée de campagne juridique pour Greenpeace France, «  Au lieu de se comporter comme un investisseur avisé, l’Etat apporte un soutien inconditionnel à EDF et à ses projets nucléaires qui mettent à mal la santé financière de l’entreprise, comme celui d’Hinkley Point. Il n’y a là aucune logique économique ».

Hinkley Point un projet contesté par le Luxembourg et l’Autriche

« Fin 2015, le Luxembourg s’est joint à l’Autriche pour contester devant la Cour de Justice de l’UE le feu vert accordé par la Commission européenne aux subventions britanniques pour la construction de deux réacteurs nucléaires supplémentaires à la centrale de Hinkley Point. L'autorisation par la Commission européenne porte sur les mesures d'aides envisagées par le gouvernement britannique pour soutenir la construction de deux réacteurs de nouvelle génération EPR du groupe Areva à Hinkley Point par EDF. Cette affaire devrait être traitée prochainement par la Cour européenne de justice. » proclame Roger Spautz, chargé de campagne de Greenpeace Luxembourg.

 

 

 

Une stratégie nucléaire qui plonge EDF dans l’instabilité la plus totale 

Avec Hinkley Point, EDF mise sur un projet complètement incertain, tant en raison de la compétitivité des énergies renouvelables qui ne cesse d’augmenter outre-manche qu’en raison des graves difficultés techniques rencontrées sur les chantiers EPR d’EDF et d’AREVA à Flamanville et à l’étranger.

Par le passé, EDF a déjà procédé à des investissements dans des projets nucléaires qui ont creusé sa dette et n’ont pas apporté de richesse : le rachat de Constellation aux Etats-Unis (acheté 5,3Mds€ en 2008-2009, déprécié de 1,9Md€ depuis) ou encore celui de British Energy au Royaume-Uni (acheté 15,8 Mds€ en 2008, déprécié de 2Mds€ depuis).

Pourtant, les dirigeants d’EDF s’entêtent à investir dans des projets nucléaires, s’accrochant à l’illusion du renouveau de la filière française.

Le nucléaire a plombé les finances de l’entreprise qui se trouve aujourd’hui dans une impasse financière avec une dette faramineuse qu’elle ne peut rembourser et un mur d’investissements qu’elle ne peut financer.

Contact:

Roger Spautz, chargée de campagne nucléaire