Semer l’Avenir !

Protégeons les semences, la richesse des agriculteurs, la garantie de notre souveraineté alimentaire !

Communiqués de presse - octobre 1, 2012
Le 30 septembre dernier, Bio-Lëtzebuerg, la Lëtzebuerger Saatbaugenossenschaft (LSG) et les organisations de l’Initiative « Luxembourg sans OGM » (1), dont Greenpeace, organisaient la quatrième édition de « semer l’avenir ! » à Toodlermillen dans la commune « sans OGM » de Goesdorf.

Accompagnés du Ministre de l’Agriculture, Romain Schneider, du Ministre du Développement Durable, Marco Schank et du bourgmestre de Goesdorf, Norbert Maes les nombreuses personnes participant à l’activité ont ensemencé un champ de céréales d’hiver avec des graines biodynamiques, naturellement sans OGM. Alors que la Commission européenne s’apprête à relancer des démarches pour supprimer le principe de la zéro tolérance vis-à-vis de la contamination OGM des semences, « semer l’avenir ! » lance un message fort en faveur de la souveraineté alimentaire, de la protection de la biodiversité et de l’agriculture écologique sans OGM.

La grande majorité des citoyens de l’UE, de plus en plus d’acteurs du secteur agro-alimentaire ne veulent pas d’OGM dans leurs champs, produits et assiettes. Le modèle d’une agriculture industrielle ayant recours aux engrais chimiques, aux pesticides, et dans l’extrême des cas, aux OGM, fait disparaitre la biodiversité et la diversité des semences.


« Les diff��rentes variétés de semences paysannes sont la richesse des agriculteurs et la garantie de notre souveraineté alimentaire. L’année prochaine nous sèmerons des graines provenant de notre propre récolte de cette année. Ainsi la boucle est bouclée. Tout un symbole ! », déclare Daniela Noesen de Bio-Lëtzebuerg. « De la récolte de l’action Semer l’Avenir de 2011 nous avons d’ailleurs fait du pain qui est dégusté aujourd’hui. »

Le Luxembourg fait partie du groupe des Etats membres de l’Union européenne qui ont décidé d’appliquer le principe de précaution et de protéger la santé des consommateurs, l’agriculture et la biodiversité des conséquences négatives des OGM. Cette position est d’ailleurs renforcée par la position des communes luxembourgeoises qui se sont presque toutes déclarées
« commune sans OGM ». Les citoyennes et citoyens  luxembourgeois refusent à 83% les OGM dans l’agriculture (Sondage TNS-ILReS de 2005).


« Nous encourageons le Gouvernement du Luxembourg et notamment le Ministre de l’Agriculture, Romain Schneider de s’engager pour une agriculture écologique et de défendre, face à la Commission européenne, le principe de la zéro tolérance par rapport à des contaminations OGM dans les semences. Les semences sont la base de notre alimentation, nous devons préserver leur diversité et les protéger contre le brevetage et la contamination OGM ! », conclut Maurice Losch de l’Initiative Luxembourg sans OGM.

 

(1) Les organisations de l’Initiative Luxembourg sans OGM: Aide à l’enfance de l’Inde, Association Solidarité Luxembourg Nicaragua, ASTM, Attac Luxembourg, Bauerenallianz, BIONA, Bio-Lëtzebuerg a.s.b.l., Caritas Luxembourg, Église Catholique à Luxembourg, Ëmweltberodung Lëtzebuerg asbl. (EBL), FCPT – SYPROLUX, FNCTTFEL – Landesverband, Frères des Hommes, CTF - Gaart an Heem, GREENPEACE Luxembourg, Initiativ Liewensufank, LCGB, Lëtzebuerger Landesverband fir Beienzuucht, Life asbl., Mouvement Écologique, natur&ëmwelt a.s.b.l., OGBL, Slow Food Lëtzebuerg, SOS Faim Luxembourg, Stroossekanner Sao Paulo a.s.b.l., TransFair – Minka a.s.b.l., ULC - Union Luxembourgeoise des Consommateurs Nouvelle asbl., Vegan Society Luxembourg.
Koordination „Initiative Luxembourg sans OGM“
Maurice Losch  Tel.: 621-215024