ArcelorMittal bloque une législation progressiste pour la protection du climat en Europe

Communiqués de presse - décembre 6, 2011
Luxembourg, 5 décembre 2011. A l'occasion de la conférence internationale pour la protection du climat à Durban, Greenpeace Luxembourg a présenté aujourd’hui le rapport "Qui nous empêche d´avancer?". Ce rapport révèle que les entreprises qui émettent de grande quantité de CO2 empêchent les décideurs politiques d'adopter des lois nationales et internationales ambitieuses pour la protection du climat. Parmi ces entreprises, nous notons la présence de la société sidérurgique luxembourgeoise, ArcelorMittal. Greenpeace exhorte le gouvernement luxembourgeois, qui est représenté au conseil d'administration d'ArcelorMittal, de se distancer publiquement de la désastreuse politique climatique de l'entreprise sidérurgique et de plaider pour des objectifs plus stricts de protection du climat dans l'Union européenne.

Alors que débute la seconde semaine des négociations internationales sur le climat, des activistes de Greenpeace et des militants d’autres ONG (http://youtu.be/5mcU7hNA1hs) se sont rassemblés au Global Business day (Journée internationale des affaires) à Durban pour dénoncer les douze entreprises polluantes qui œuvrent à miner un accord international sur le climat.

«Ces douze entreprises polluantes devraient avoir honte de se réunir dans l’ombre pour saboter les négociations internationales qui doivent permettre de sauver le climat, des vies, des économies et des habitats», a affirmé Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International depuis le rassemblement.

Les entreprises qui contribuent le plus au dérèglement climatique – et qui prospèrent grâce à leurs émissions de gaz à effet de serre - (notamment l'industrie pétrolière, l´industrie du charbon, le secteur de la sidérurgie, les industries du ciment, l´industrie chimique, de grands producteurs d'énergie) sont à la manœuvre en coulisse, employant des techniques diverses pour exercer leur influence.

Le rapport de Greenpeace («Qui nous empêche d'avancer?») révèle comment les fédérations industrielles agissent en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Afrique du Sud pour empêcher les efforts de protection du climat.

Les groupes de pression tels que BusinessEurope, CEFIC et Eurofer utilisent avec succès l'argument fallacieux de la «désindustrialisation de l'Europe» contre un durcissement des objectifs européens de protection du climat, ignorant l'analyse de la Commission européenne selon laquelle un objectif de réduction de 30% induirait de nombreux avantages économiques.

«Greenpeace estime que ArcelorMittal exerce son influence non seulement à Bruxelles, mais aussi au Luxembourg, pour saper la politique sur la protection du climat. Le Luxembourg, contrairement à de nombreux autres pays européens, ne supporte pas une augmentation unilatérale des objectifs européens de protection du climat», a déclaré Martina Holbach, chargé de campagne Climat & Energie à Greenpeace Luxembourg. Deux communiqués de presse de la Fédération des industries luxembourgeoises le prouvent [1].

De plus, il existe des liens directes entre ArcelorMittal et le gouvernement. Le ministre de l'Economie Jeannot Krecké est représenté au conseil d'administration d'ArcelorMittal.

Pour un nombre croissant de citoyens en Europe, le changement climatique représente un problème grave. La récente enquête Eurobaromètre publié en octobre 2011 révèle que le changement climatique représente pour les Européens un problème hautement prioritaire, plus grave que la crise économique et financière.

34% de la population au Luxembourg ont répondu que le changement climatique est le plus gros problème mondial. 86% des résidents luxembourgeois pensent que la protection du climat et l'utilisation efficace de l'énergie pourront renforcer l'économie et créer des emplois.

«Le gouvernement luxembourgeois devrait écouter la population du Luxembourg plutôt que les industries polluantes. Greenpeace appelle le gouvernement luxembourgeois à s´engager au sein de l'UE pour une augmentation unilatérale des objectifs de protection du climat», a déclaré Marieke Kremers, directrice de Greenpeace Luxembourg. La protection du climat doit être abordée avec la même détermination que la crise financière et ne peut plus être repoussée au second plan. Le temps est compté, les ministres le savent. En matière de protection du climat, «il est minuit moins une minute»!

Lire le rapport: «Qui nous empêche d'avancer?»: résumé en français, version complète en anglais

 

Plus d´information:

Martina Holbach, Chargée de campagne climat et énergie, tél. 54 62 52 24 / GSM 621 23 33 62

Marieke Kremers, Executive Director, tél. 54 62 52 22/ GSM 661 54 62 52


[1]    La Fedil plaide en faveur d'une meilleure gouvernance politique (7/04/2011), Visite du président de BusinessEurope, Jürgen R. Thumann, à la Fedil (5/05/2011)