Contamination au pollen OGM ! Le MON810 signe la perte des apiculteurs

Communiqués de presse - septembre 6, 2011
Aujourd’hui la Cour de Justice Européenne a interdit la vente de miel contaminé par du pollen OGM, notamment du pollen de MON810. Le maïs MON810 de Monsanto est un des seuls OGM autorisés à la culture dans l’Union européenne, mais des traces de pollen de cet OGM ne sont pas autorisés dans certaines denrées alimentaires, comme le miel. Greenpeace demande des compensations pour les apiculteurs qui subissent contre leur grès des pertes économiques importantes. Greenpeace demande une interdiction de toute mise en culture d’OGM et un moratoire sur toute nouvelle autorisation d’OGM dans l’Union européenne.

L'affaire tranchée aujourd'hui à la Cour de Justice Européenne remonte à un cas de contamination OGM en Bavière en Allemagne. Le miel d'un apiculteur avait été contaminé par du pollen de maïs OGM MON810 provenant d'un essai en champ situé à 500 mètres des ruches de l'apiculteur.

«Monsanto devrait être tenu pleinement responsable pour les pertes économiques causées aux apiculteurs. Le cas du miel contaminé souligne quelles conséquences néfastes les OGM ont au niveau économique et environnemental. Une fois mis en culture un OGM risque de contaminer la chaîne alimentaire. Autoriser un OGM à la culture est un acte économiquement et écologiquement irresponsable!», déclare Maurice Losch, chargé de campagne OGM de Greenpeace Luxembourg.

La culture du maïs OGM MON810 de Monsanto est actuellement interdite dans plusieurs Etats membres de l'Union européenne, notamment au Luxembourg, en France et entre-temps aussi en Allemagne. En Europe, le principal pays de culture est l'Espagne. L'autorisation initiale du MON810 dans l'Union européenne date d'une bonne dizaine d'années. Actuellement le MON810 est en phase de ré-autorisation, mais la procédure d'évaluation et d'autorisation des OGM au niveau de l'Union européenne n'est pas à la hauteur de la situation. Déjà en décembre 2008, le Conseil des Ministres de l'environnement a unanimement demandé une réforme de la procédure d'évaluation et d'autorisation des OGM dans l'UE afin de mieux protéger l'environnement, l'agriculture et la santé des consommateurs des effets négatifs des OGM. Jusqu'à ce jour, la Commission n'a pas répondu convenablement à cette demande.

«Nous encourageons les Ministres de l'Agriculture, du Développement Durable et de la Santé à continuer à demander au niveau de l'Union européenne un moratoire sur toute nouvelle autorisation relative à un OGM et d'assurer qu'une fois la nouvelle procédure d'évaluation en place, tous les OGM actuellement en procédure d'évaluation soient réévalués selon les nouvelles règles. Le moratoire sur les autorisations d'OGM est crucial pour protéger l'environnement, l'agriculture et les consommateurs de l'actuelle politique irresponsable de la Commission européenne, qui méprise totalement le principe de précaution», conclut Maurice Losch.