Déclaration de Marieke Kremers, nouvelle directrice de Greenpeace Luxembourg

Communiqués de presse - octobre 13, 2011
« Je suis heureuse de me présenter à vous en tant que nouvelle directrice de Greenpeace Luxembourg. Mon intérêt pour la nature et l'environnement a commencé très jeune ; cet intérêt a été prédominant dans le choix de mes études, puis plus tard, dans la décision prise d'émigrer au Luxembourg. Mon expérience professionnelle a commencé en tant qu'ingénieur de l'environnement ; j'ai occupé plusieurs postes d'encadrement : j'ai pu développer à cette occasion de bonnes bases pour ma nouvelle carrière dans le secteur associatif. Aux Pays-Bas, j'ai eu l'opportunité de rejoindre une organisation de protection animale où j'ai eu des fonctions d'encadrement et de gestion. J'ai aussi pu travailler main dans la main avec des volontaires.

Marieke Kremers

Le pouvoir de Greenpeace réside dans sa capacité à sensibiliser l'opinion sans recourir à l'action violente. La non-violence est une valeur fondamentale. Notre travail est fondé sur la construction d'une argumentation scientifiquement validée, sur la sensibilisation des décideurs politiques aux problèmes environnementaux, sur la volonté de conserver notre indépendance. Celle-ci ne serait pas possible sans les 10.000 donateurs privés luxembourgeois. C'est aussi grâce à tous ces donateurs que demain nous lançons notre nouveau bâteau, le Rainbow Warrior 3, qui est prêt à sauver la Planète, puisqu'il est le symbole de toutes nos formes de résistance. Nous sommes très reconnaissants des contributions de nos donateurs, de toutes les possibilités qu'ils nous donnent : je voudrais en profiter pour remercier chacun d'eux, leur demander de continuer à nous soutenir au cours des années futures pour que nous conservions cette indépendance structurelle si essentielle pour mener nos réflexions et nos actions.

Nos valeurs et nos méthodes ont permis d'enregistrer quelques succès au Luxembourg ces dernières années, comme la sensibilisation du Gouvernement à la nécessité de réaliser des objectifs adaptés de réduction des émissions de gaz à effet de serre (dans son programme gouvernemental de 2009 le Gouvernement a fait pour la première fois de la protection du climat une de ces priorités), le droit reconnu par la Cour Administrative d'avoir accès aux informations environnementales, le droit d'agir en justice pour contester une décision ministérielle, mais nous savons bien que rien n'est jamais gagné d'avance. Je pense à l'affaire Sotel qui n'est toujours pas finie. Ces quelques exemples indiquent l'importance de la continuité des efforts déployés dans notre travail, parce que les batailles pour sauver l'environnement ne se gagnent pas facilement. J'ai l'intention de continuer toutes les batailles importantes à mener dans un proche avenir pour que les objectifs poursuivis soient atteints.

Ma vision pour le Luxembourg coïncide avec notre programme global. Les problèmes locaux ont souvent une solution globale, comme nous le voyons avec la mise en œuvre de la révolution énergétique : il faut s'éloigner des formes d'énergie sales comme les énergies fossiles pour favoriser les technologies efficaces et les énergies renouvelables. Pour réussir nos objectifs de protection de l'environnement, il faut aussi adapter la législation en vigueur.  Utilisons notre position dans l'UE pour créer un soutien réglementaire adéquat : des législations permettant notamment une réduction suffisante des émissions de gaz à effet de serre,  de préserver une nourriture sans OGM, d'adopter une politique de la pêche qui n'épuise pas les stocks de poissons et qui ne détruise pas la biodiversité marine. Par exemple, durant les dernières années le Luxembourg est devenu un des pionniers du combat contre les OGM dans nos champs et assiettes en Europe. Nous savons,  grâce à une enquête Eurobaromètre de la semaine dernière, que les Luxembourgeois pensent que le changement climatique est un problème plus sérieux au niveau mondial que la crise économique : ceci est une très bonne nouvelle pour le travail que nous devons effectuer afin d'éviter les effets des changements climatiques qui seraient dévastateurs si nous n'agissons pas. »

CV

Marieke Kremers

Naissance : Hollande, 30-11-1973

Études : Ingénieur de l'environnement

Expérience professionnelle :

Expérience de gestion dans plusieurs organisations : mon expérience professionnelle est essentiellement liée au management – dans le secteur bancaire, puis dans celui de la protection des animaux, où je m'efforçais de  sensibiliser les propriétaires d'animaux domestiques contre toutes les formes de maltraitance.