Les riverains français se mobilisent contre la ligne Sotel

Communiqués de presse - avril 21, 2012
Des représentants de Greenpeace Luxembourg et de l’association française «Empreinte Positive» ont présenté ce matin une pétition contre la construction de la ligne haute tension de la société Sotel, laquelle devrait connecter le réseau français au réseau luxembourgeois pour importer de l’électricité nucléaire, afin d'alimenter les aciéries électriques d’ArcelorMittal et éventuellement le réseau public de Creos.

Les riverains français se mobilisent contre la ligne Sotel © RL

Cette ligne haute tension de 2 x 225 kV devra passer à moins de 30 mètres d’habitations à Rédange (France) et à Belvaux. L’étude d’impact commandée par Sotel dans le cadre de la demande d’autorisation ne pouvait exclure des risques sanitaires pour les habitants concernés. En effet, d’après l’étude d’impact, «il est toutefois recommandé de mesurer régulièrement les champs magnétiques dans les zones critiques une fois la ligne installée et mise en service».

 

 

Les auteurs de la pétition sont d’avis que :
- L’information du public pour ce projet et la prise en considération de son avis ont été totalement défaillantes en ce qui concerne les habitants de la commune de Rédange
- La partie luxembourgeoise du tracé qui longe la frontière franco-luxembourgeoise sur plusieurs kilomètres n’a pas été soumise à concertation des pouvoirs publics mosellans
- L’absence de transparence du porteur de projet luxembourgeois vis-à-vis des autorités et du public français nuit gravement au principe d’intérêt public
- L’exposition des riverains frontaliers rédangeois n’a pas fait l’objet d’études sanitaires

Dans la pétition, qui sera soumise pour signature aux habitants de Rédange et remise aux autorités françaises et luxembourgeoises, les auteurs exigent que, selon les termes de la Convention sur l’évaluation de l’impact sur l’environnement dans un contexte transfrontière (Convention d’Espoo), une étude d’impact sanitaire et environnemental indépendante ainsi qu’une enquête publique soient réalisées.

Actuellement, le projet de construction de la ligne haute tension est toujours bloqué, suite au refus du bourgmestre de la commune de Sanem  d’accorder une autorisation de construction. Le plan d’aménagement général de la commune de Sanem prévoit, pour des raisons sanitaires en application du principe de précaution, que des lignes hautes tension de plus de 100 kV doivent être éloignées d’au moins 50 mètres des habitations.

Sotel avait introduit un recours contre la décision du bourgmestre, mais ce recours a été rejeté par le Tribunal administratif en novembre 2011. Plusieurs habitants de la commune de Belvaux, directement concernés par le projet de la ligne haute tension,  puisque celle-ci est censée passer à quelques mètres de leur habitation, avaient  introduit une requête en intervention volontaire auprès du Tribunal administratif pour faire valoir leurs intérêts dans cette affaire et pour intervenir directement dans le cadre de l’instance relative au recours introduit par Sotel. Cette requête a été jugé recevable. Les habitants concernés habitent tous à une distance entre 5 et 20 mètres du tracé du projet de la ligne haute tension.
Fin décembre 2011 Sotel a introduit un appel auprès de la Cour administrative contre le jugement en première instance.

Pour plus d’informations :
Roger Spautz, Greenpeace Luxembourg ; tel : +352 – 54625227 ou +352 – 621233361
Marie-Aude Poireau, Empreinte Positive ; tel : +33 (0) 6 08 71 56 76