Pas de connexion à Cattenom !

Communiqués de presse - septembre 22, 2011
Ce matin, les militants de Greenpeace ont manifesté au Kirchberg devant le ministère de Marco Schank, ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures. Greenpeace désapprouve son attitude dans le dossier de la construction de la ligne électrique haute tension programmée par Sotel et Créos pour connecter le Luxembourg au réseau nucléaire français.

Pas de connection à Cattenom!

Greenpeace s’oppose depuis plus de cinq ans à la construction de cette ligne à haute tension dont le dossier d’autorisation est truffé d’irrégularités qui sont actuellement en cours de jugement devant le Tribunal administratif. Greenpeace reproche notamment l’absence d’autorisation de construire délivrée par la Commune de Sanem et l’absence d’une évaluation des incidences de ce chantier sur la zone Natura 2000 de Differdange, pourtant prévue explicitement dans la loi.

«Nous ne pouvons accepter l’attitude du Ministre délégué Marco Schank qui place, par son attitude, l’entreprise Arcelor-Mittal au-dessus des lois. Nous demandons simplement que la loi sur la protection de la nature soit correctement appliquée pour Arcelor-Mittal, comme pour tout le monde» déclare Paul Delaunois, directeur de Greenpeace Luxembourg.

En juin dernier, Greenpeace avait présenté l’avis d’un expert français qui critiquait vivement l’étude d’impact réalisée pour le compte de la société Sotel et avait demandé au Ministre délégué de suspendre avec effet immédiat l’autorisation ministérielle permettant la construction de la ligne haute tension.

Dans sa réponse à Greenpeace, le Ministre délégué estime, sans apporter d’éléments supplémentaires contredisant l’analyse de l’expert, que l’étude d’impact fournie par Sotel est une étude préliminaire scientifiquement suffisamment poussée pour permettre au Ministre d’écarter valablement toute hypothèse d’incidences significatives sur l’environnement. Marco Schank est d’avis que l’hypothèse d’incidences notables sur les zones protégées ayant en l’occurrence été écartée par l’étude préliminaire, les critiques de Greenpeace tombent à faux dans la mesure où elles sont dirigées contre une évaluation des incidences.

«Le Ministre délégué ne prend pas ses responsabilités, il est de son devoir de protéger une zone classée Natura 2000 et ne peut se cacher derrière une procédure en justice, pour ne pas suspendre une autorisation litigieuse», a déclaré Roger Spautz de Greenpeace Luxembourg. «Après avoir pris connaissance d’un tel avis, aussi critique sur l’étude d’impact que celui de l’expert français[1], un ministre responsable devrait demander une nouvelle étude pour évaluer correctement les incidences sur la zone protégée».

Greenpeace a remis ce matin au Ministre délégué  un avis supplémentaire de l’expert Mériaux qui critique sévèrement une nouvelle fois l’étude d’impact de Sotel, notamment sur la période de réalisation de l’étude, la détermination des habitats, la cartographie et la bande d’étude. L’expert français conclut contrairement à l’avis du Ministre délégué que «l’étude de pré-évaluation – selon les auteurs – ainsi réalisée présente plusieurs défauts qui ne permettent de conclure à la nécessité ou non d’une étude d’évaluation complète».

Par son attitude, le Ministre délégué cautionne directement la connexion du réseau luxembourgeois à la France qui aura pour conséquence une importation massive d’énergie nucléaire au Luxembourg. Après la catastrophe dans la centrale nucléaire de Fukushima, le gouvernement s’est prononcé contre le nucléaire, mais Greenpeace attend toujours que des actes concrets qui montreraient aux citoyens la réelle volonté du gouvernement de vouloir sortir du nucléaire. La quantité d’électricité livrée par Sotel[2] aux différents sites d’Arcelor Mittal correspond à la quantité d’électricité produite par 20% d’un réacteur de la centrale nucléaire de Cattenom. En retirant l’autorisation ministérielle, qui d’après Greenpeace n’est pas conforme à la législation, le Ministre délégué pourrait forcer Sotel à ne pas importer d’électricité nucléaire produite en France.

N.B. : A la suite de l'action, Greenpeace a rencontré le ministre Marco Schank qui a fait la promesse d'étudier l'avis de l'expert français.

 


[1] Jean-Luc Meriaux est expert près de la Cour d’Appel de Douai et les Juridictions administratives et Consultant en Environnement

[2] En 2005 Sotel a livré 1.570.047.130 kWh aux différents sites d’Arcelor Mittal, 62.649.000 kWh à Intermoselle et 25.832.403 kWh aux CFL. La centrale nucléaire de Cattenom a produit 8.750.000.000 kWh par réacteur en 2010.