Communiqué de presse

Detox! Greenpeace demande à Zara de décontaminer ses vêtements

Communiqué de presse - 21 novembre, 2012
La marque de vêtements Zara a un problème avec les toxiques. Greenpeace a en effet trouvé des substances chimiques à risque sur des vêtements du leader mondial du prêt-à-porter. Des militants Greenpeace ont mené aujourd’hui une action d’escalade spectaculaire à Genève pour demander à Zara de décontaminer ses vêtements. Le nouveau rapport de Greenpeace "Dessous toxiques de la mode" montre en effet que cette industrie vend des vêtements contenant des substances nocives pour l’environnement. Ces dernières contaminent les cours d'eau dans le monde entier et certaines d’entre elles peuvent, en se transformant dans l’environnement, avoir des effets cancérigènes ou perturber le système endocrinien.

Les grandes marques de mode telles que Zara, Mango, Levi’s, Esprit, Calvin Klein ou Benetton renouvellent leurs collections à un rythme toujours plus effréné. Pour suivre au plus près l’évolution rapide des tendances, les entreprises de "fast fashion" doivent produire leurs vêtements en une à quatre semaines et les écouler parfois en quelques jours dans leurs magasins. Ce sont 80 milliards de vêtements qui sont ainsi vendus chaque année dans le monde; en Allemagne, les ventes ont atteint une moyenne de 70 vêtements par personne en 2011.

La dernière enquête de Greenpeace montre que cette consommation rapide, en plus de générer des montagnes de déchets, a d’autres conséquences fâcheuses: des substances chimiques toxiques ont été décelées sur des vêtements de 20 marques testées. Plusieurs produits de toutes ces marques présentaient des éthoxylates de nonylphénol (NPE). Des NPE ont ainsi été trouvés sur deux tiers des vêtements testés par Greenpeace. Deux vêtements de Zara contenaient en outre des colorants azoïques cancérigènes.

"Les substances chimiques décelées sur les produits Zara acquièrent, en se transformant dans l’environnement, des propriétés cancérigènes et perturbatrices du système endocrinien", indique Mirjam Kopp, experte en chimie pour Greenpeace. "C’est inacceptable, à la fois pour nous les consommateurs et pour les personnes qui travaillent dans ces usines ou qui vivent à proximité des sites de production."

Avec sa campagne internationale Detox!, Greenpeace appelle l’industrie textile à remplacer, au plus tard en 2020, les substances chimiques à risque par des solutions respectueuses de l’environnement. En octobre, la grande marque britannique Marks & Spencer a accepté, après Puma, Nike, Adidas, H&M, C&A et Li-Ning, de répondre favorablement aux exigences de Greenpeace. Toutes ces marques ont déclaré leur intention de détoxiquer entièrement leur chaîne de production et de livraison. Greenpeace demande à Zara, ainsi qu’aux autres marques de mode et aux entreprises suisses du textile, de suivre cet exemple. En tant que leader mondial du prêt-à-porter, Zara doit agir immédiatement et bannir les substances chimiques dangereuses de ses productions. L’entreprise doit en outre faire preuve de transparence en déclarant quelles substances chimiques elle utilise et dans quels cours d’eau elle les relâche.

MISE A JOUR

Action Greenpeace terminée

La pression mondiale sur Zara s'intensifie

Zara refuse de parler avec Greenpeace Suisse et de recevoir nos demandes. Cela donne l'impression qu'ils ne prennent pas assez au sérieux le problème des toxiques dans la fabrication de textiles. Les discussions entre le management principal en Espagne et Greenpeace international (GPI) ont démarré. En effet, GPI confirme que les discussions s'intensifient, mais qu'elles n'ont pas encore abouti à des accords crédibles et durables.

Après 4 heures d'action intense à Genève (à l'intérieur et à l'extérieur du magasin), les grimpeurs ont ôté la bannière qui couvrait la façade du magasin Zara et ont quitté tranquillement la place du Molard.

Contact médias

Françoise Minarro
Porte-parole
Ligne directe +41 22 907 72 77

Photos de presse

- Les photos d’actions Greenpeace peuvent être utilisées librement, sauf à des fins commerciales.
- Publication avec mention © de Greenpeace et du photographe.
- Pour télécharger la photo en haute résolution, veuillez cliquer dessus.

21.11.2012 (Genève/Suisse) ©Greenpeace/Kakulya

La marque de vêtements Zara a un problème avec les toxiques. Greenpeace a en effet trouvé des substances chimiques à risque sur des vêtements du leader mondial du prêt-à-porter. Des militants Greenpeace ont mené aujourd’hui une action d’escalade spectaculaire à Genève pour demander à Zara de décontaminer ses vêtements.

 

21.11.2012 (Genève/Suisse) ©Greenpeace/Kakulya

La marque de vêtements Zara a un problème avec les toxiques. Greenpeace a en effet trouvé des substances chimiques à risque sur des vêtements du leader mondial du prêt-à-porter. Des militants Greenpeace ont mené aujourd’hui une action d’escalade spectaculaire à Genève pour demander à Zara de décontaminer ses vêtements.

 

21.11.2012 (Genève/Suisse) ©Greenpeace/Kakulya

La marque de vêtements Zara a un problème avec les toxiques. Greenpeace a en effet trouvé des substances chimiques à risque sur des vêtements du leader mondial du prêt-à-porter. Des militants Greenpeace ont mené aujourd’hui une action d’escalade spectaculaire à Genève pour demander à Zara de décontaminer ses vêtements.

 

21.11.2012 (Genève/Suisse) ©Greenpeace/Kakulya

La marque de vêtements Zara a un problème avec les toxiques. Greenpeace a en effet trouvé des substances chimiques à risque sur des vêtements du leader mondial du prêt-à-porter. Des militants Greenpeace ont mené aujourd’hui une action d’escalade spectaculaire à Genève pour demander à Zara de décontaminer ses vêtements.

Thèmes
Mots-clés