Protégeons l'Arctique

Guillaume Tell appelé à rejoindre la rébellion des ours polaires

Actualité - 22 juin, 2012
Un ours polaire recherche l’asile dans notre pays et demande l’assistance du héros du peuple suisse. Poussé à l’exil par le réchauffement climatique et les risques liés à l’exploitation du pétrole en Arctique, l’animal a dû quitter sa patrie. En Suisse il demande l’aide de Guillaume Tell afin de lutter contre Shell et les différentes compagnies ayant le pétrole de l’Arctique dans leur viseur. Plus particulièrement il dénonce l’attitude irresponsable de la compagnie néerlandaise, dirigée par le suisse Peter Voser, et qui cherche à exploiter les réserves pétrolières de l’Alaska.

©Greenpeace/Grasser

Greenpeace lance aujourd’hui une campagne internationale intitulée "Save the Arctic" (Protégeons l'Arctique). L’organisation de défense de l’environnement exige que l’Arctique devienne une zone naturelle préservée, sous la protection des Nations Unies, afin d’empêcher l’exploitation du pétrole et des ressources naturelles de la région. Il s’agit d’un statut similaire à celui de l’Antarctique, protégée depuis une vingtaine d’années par le protocole de Madrid. La campagne de Greenpeace a reçu l’appui de Penelope Cruz, de Paul Mc Cartney, de Thom Yorke et de nombreuses autres célébrités. L’objectif affiché est d’obtenir le soutien de plus d’un million de personnes à travers la planète.

La course au pétrole de l’Arctique est une dangereuse absurdité. Les eaux gelées rendent cette activité extrêmement risquée, et les compagnies pétrolières n’ont pas les moyens de lutter contre des marées noires dans cette région. Les conséquences d’un tel accident seraient dramatiques pour la biodiversité. Il faut également rappeler que les ressources pétrolières de l’Arctique sont rendues accessibles suite à la disparition de la banquise liée au réchauffement climatique, lui-même induit par le recours généralisé aux hydrocarbures. Il faut aujourd’hui trouver les moyens de sortir de ce cercle vicieux.

Pourtant Shell s’enfonce dans son aveuglement et ne recule devant aucun moyen afin d’effectuer ses forages de prospection en Alaska. En mai dernier, l’entreprise menaçait par courrier les différents bureaux nationaux de Greenpeace de graves conséquences juridiques si les militants Greenpeace continuaient à mener des actions de protestation non violentes à proximité de ses navires de prospection pétrolière en Arctique.

"Nous traçons une ligne dans la glace et disons aux pollueurs: Vous n’irez pas plus loin!", déclare Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International. "L’Arctique est le réfrigérateur de la planète. Les rayons du soleil sont reflétés par la banquise, ce qui permet de réguler le climat. Mais avec la fonte de la glace, le réchauffement climatique s’accélère, menaçant les hommes et l’environnement sur tous les continents. Notre destin est lié à celui de l’Arctique".

Pétition: "Protégeons l'Arctique"
Rapport: "Chronique d'un désastre annoncé"
Actualité: "Shell montre les crocs"
Galerie photos (en allemand)

Thèmes