Déforestation en Indonésie

Barbie ne sera plus emballée dans la destruction des forêts indonésiennes

Actualité - 5 octobre, 2011
Mattel, le fabriquant de Barbie, a annoncé aujourd'hui qu'il cessera d’emballer ses produits à partir de papiers issus de la destruction des forêts tropicales de l’Indonésie. Cette décision survient suite aux pressions exercées dans le cadre d’une campagne mondiale de Greenpeace.

Action à Amsterdam lors de la campagne de protestation. ©Greenpeace/Til

Parmi ses engagements, Mattel charge ses fournisseurs d'éviter toute fibre provenant d'entreprises étant "connues pour leur implication dans la déforestation". L'une de ces sociétés est l'Asian Pulp and Paper (APP), détentrice de cinq usines au Canada. Les enquêtes de Greenpeace ont fait la preuve de la contribution majeure d'APP dans la déforestation des forêts indonésiennes.

"Les forêts tropicales humides de l'Indonésie doivent être réservées aux espèces en péril comme le tigre de Sumatra, pas pour l'emballage à usage unique de jouet. Pour cette raison, nous sommes très heureux d'apprendre que Mattel ait développé une nouvelle politique d'approvisionnement", a affirmé Bustar Maitar, directeur de la campagne Forêt chez Greenpeace Indonésie. "C'est une preuve de plus pour l'APP que jouer avec la déforestation n'est pas une bonne stratégie d'affaires."

La nouvelle politique de Mattel comprend des mesures préventives contre l'achat de fibres provenant de plantations dans des secteurs de forêts naturelles récemment récoltées. La politique de Mattel vise également à augmenter la quantité de fibre recyclée utilisée par l'entreprise, de même que l'usage de fibres issues de forêts certifiées par le Forest Stewardship Council (FSC).

"Pendant que Greenpeace gardera un oeil sur Mattel pour s'assurer qu'elle respecte ses engagements, nous allons encourager d'autres fabricants de jouets, notamment Disney et Hasbro, à prendre des actions semblables pour protéger les forêts tropicales humides", a clarifié Mélissa Filion, responsable de campagne forêt pour Greenpeace.

Rappelons qu'en juin dernier, des tests médico-légaux déployés par les enquêteurs de Greenpeace ont montré que l'emballage des jouets de Mattel provenait de forêts indonésiennes, l'habitat fragile d'espèces en voie de disparition comme le tigre de Sumatra et l'orang-outang. Les activistes de Greenpeace, déguisés en poupée Ken, avaient alors accroché sur l'édifice du siège social de Mattel à Los Angeles une bannière géante indiquant "Barbie: c'est fini! Je ne sors pas avec des filles qui participent la déforestation".

L'Indonésie est l'un des pays ayant le plus important taux de déforestation dans le monde. Les évaluations gouvernementales indonésiennes estiment que plus d'un million d'hectares de forêts tropicales humides sont détruits chaque année.

Thèmes