"Les responsables des filiales ont bien reçu le message. Nous espérons qu’ils donneront bientôt une réponse appropriée à nos revendications, déclare un bénévole de Greenpeace". Samedi 16 février, les groupes régionaux de Greenpeace ont demandé à la Migros de décontaminer sa production de vêtements.

Une quarantaine de bénévoles ont distribué des tracts à Neuchâtel, Genève, Lausanne, Berne, Lucerne, Zurich et Winterthour. Ils ont identifié les vêtements incriminés avec des étiquettes et fait savoir à la Migros que leur production dans les pays producteurs d'Asie pollue les rivières et rend malades les personnes et les animaux.

Greenpeace exige que la Migros élimine les substances toxiques de sa production de textiles - avec des mesures concrètes, contraignantes et surtout selon un échéancier précis. Si 17 sociétés, telles que Coop et H&M, ont pu s’engager, alors Migros est également en mesure de les suivre.

Nous sommes résolument en faveur d’une production de textiles qui ne pollue pas les rivières en Asie. Samedi, les bénévoles des groupes régionaux de Greenpeace ont distribué des informations et occupé les filiales: "Tout à coup les haut-parleurs du magasin ont diffusé que la décontamination était dans le magasin entre deux annonces publicitaires", a déclaré l'un des bénévoles. "C'était amusant. Migros devrait maintenant être au clair que nous ne plaisantons pas!".

Signez la lettre à l'attention du directeur général de Migros

Laissez un message sur le site Migipedia

Françoise Minarro est porte-parole de la campagne Biodiversité & Toxiques de Greenpeace Suisse