Huile de palme

Nestlé accepte les exigences de Greenpeace

Page - 7 juillet, 2010
En mars 2010, Greenpeace lançait dans une trentaine de pays une campagne contre le géant de l’alimentation Nestlé. Avec le slogan "Nestlé: Give the Orang-Utans a Break" ("Nestlé: accordez une pause aux orangs-outans") Greenpeace demandait à la multinationale de ne plus utiliser d'huile de palme provenant de la destruction de la forêt vierge.

Pendant l’assemblée générale de Nestlé à Lausanne, deux militants déploient des banderoles. ©Greenpeace ©Greenpeace/Til

L’augmentation de la demande mondiale d’huile de palme et de cellulose, provoquent l'extension des palmeraies sur des zones de forêt vierge et de tourbières. L’huile de palme est présente dans une vaste gamme de produits alimentaires et cosmétiques, mais aussi de plus en plus dans les agrocarburants. L’Indonésie affiche en conséquence l’un des taux de déforestation les plus élevés au monde et se place au troisième rang des principaux émetteurs de CO2 derrière la Chine et les États-Unis. La destruction de la forêt prive les populations locales des bases de leur existence et entraîne une perte irrémédiable de la biodiversité.

Premier groupe alimentaire mondial, Nestlé se fournissait en huile de palme auprès de Sinar Mas, principal producteur indonésien et destructeur notoire de la forêt vierge, pour la fabrication de ses produits. Sur les réseaux sociaux, à l’aide de pétitions en ligne, de courriels, de cartes postales, d’autocollants et d’activités de rue, des centaines de milliers de consommateurs et de militants ont demandé à Nestlé de mettre fin à ses relations commerciales avec Sinar Mas. En quelques semaines, ces pressions de toutes parts ont conduit à la résiliation des contrats directs avec Sinar Mas. Deux mois plus tard, le 17 mai, Nestlé présentait un vaste plan d’action visant à retirer de ses produits les matières premières issues de la destruction de la forêt vierge.

Depuis lors, Greenpeace suit la mise en œuvre de ce plan d’action avec beaucoup d’attention. Des rencontres régulières ont lieu avec Nestlé et le Forest Trust, une organisation qui aide Nestlé à concrétiser ses engagements en matière de protection de la forêt. Les experts de Greenpeace examinent les progrès et veillent à ce que le plan d’action puisse être réalisé dans les 12 à 24 mois. L’huile de palme et les papiers d’emballage sont les premiers produits pour lesquels de nouvelles directives sont mises en œuvre. D’autres matières premières telles que le soja, la viande et le cacao suivront au cours des prochaines années.

Thèmes