Océans

Chasse à la baleine

Page - 30 septembre, 2013
Les baleines symbolisent la beauté et la diversité de la vie dans les océans. Cependant, les pays qui chassent la baleine, le Japon et la Norvège, continuent à en tuer des milliers par année sous couvert de recherche scientifique.

Militants face à un baleinier japonais. ©Greenpeace/Davison

 

A l’époque de Rome et de la Grèce antique, on attribuait des forces magiques aux baleines et aux dauphins. Les océans regorgeaient encore de mammifères marins: on estime qu’avant les débuts de la chasse commerciale à la baleine au XIXe siècle, 1,5 million de baleines à bosse peuplaient encore les mers. Aujourd’hui il n’en reste plus que 20'000. La population de baleines bleues a même chuté à 10'000.

La chasse commerciale à la baleine est interdite depuis 1986. Le Japon et la Norvège continuent néanmoins à chasser certaines espèces de baleines – à des fins dites scientifiques. La vérité est que la chair de baleine reste un produit de luxe au Japon; un marché qui n’attire pas seulement les Norvégiens. Depuis peu, une petite majorité des pays membres de la Commission baleinière internationale (CBI) voit même d’un bon oeil la reprise de la chasse commerciale.

En juillet 2012 s’est déroulé à Panama le sommet de la Commission internationale baleinière. L’objectif était d’adopter un sanctuaire pour les baleines. Malheureusement avec 21 oppositions, 38 approbations et 3 abstentions, l’objectif n’a pas été atteint. Il aurait fallu la majorité des ¾ pour que ce projet voie le jour. Il est choquant et décevant de voir que les intérêts de pays tel le Japon ont donné le ton. Après le vote, le Brésil a remercié la majorité qui a soutenu la proposition et a rappelé que les efforts se poursuivront pour assurer un sanctuaire aux baleines.

Greenpeace s’oppose à la chasse aux mammifères marins depuis plus de trente ans. Une réserve planétaire pour les baleines ainsi que la défense de l’interdiction de commercialiser leur chair font partie des mesures importantes entreprises.

Thèmes