Substances chimiques

Pour une électronique responsable

Page - 29 septembre, 2013
Au niveau mondial, nous constatons aujourd'hui une forte progression de la consommation de biens électroniques et électriques contenant des produits toxiques, des substances chimiques persistantes et des métaux lourds. Parce qu'ils ont été fabriqués en utilisant ces substances, les produits ne peuvent pas être éliminés ou recyclés sans risque.

Les consommateurs devraient également prêter attention à l'impact environnemental des appareils électroniques. ©Greenpeace/Behring

 

Chaque année, des centaines de milliers d'ordinateurs et de téléphones portables usagés sont déversés dans des décharges ou brûlés dans des fonderies. Des milliers d'autres sont exportés, souvent illégalement, des pays industrialisés vers l'Asie ou l'Afrique. Les populations locales sont ainsi exposées à un cocktail de substances chimiques toxiques. Ces montagnes de produits électroniques obsolètes se développent à une vitesse inquiétante. Si les groupes électroniques qui tirent profit de la fabrication et de la vente de ces appareils n'assument pas leurs responsabilités, la situation ne fera qu'empirer. Pourtant, il est possible aujourd'hui de fabriquer des produits propres et durables qui peuvent être recyclés, mis à jour ou éliminés en toute sécurité.

Lors de l'acquisition d'un appareil électronique, les consommateurs suisses paient une taxe d'élimination anticipée. Celle-ci assure un recyclage approprié. Cependant, il est également important que les producteurs prennent soin, lors de la production, d'utiliser le moins de substances néfastes pour l'environnement et le moins d'énergie possible. Un PC avec moniteur classique est constitué surtout de plastique, de fer, de cuivre et de zinc. Il contient également, en plus petites quantités, du plomb, du mercure, du cadmium, du béryllium, du chrome hexavalent, des retardateurs de flamme polybromés. Ces substances sont dangereuses. La consommation liée à la fabrication d'un PC est elle aussi très élevée. Jusqu'à ce qu'un appareil qui fonctionne soit emballé, cela nécessite 240 kilos de vecteurs énergétiques fossiles, 22 kilos de chimie et 1'500 kilos d'eau - en tout donc 1,8 tonne de matières premières.

Là où sont produits les appareils électroniques, on consomme de l'énergie et on génère des déchets électroniques. Greenpeace exige des producteurs qu'ils offrent des produits économes en énergie, exempts de toxiques et durables. Ils doivent également être réparables et recyclables. Greenpeace publie depuis un certain temps un: "Guide to greener electronics" qui est régulièrement actualisé – seulement en anglais depuis la 10e édition.

Thèmes