Forêts : Cancun, et après ? | Greenpeace Afrique

Forêts : Cancun, et après ?

Feature Story - janvier 13, 2011
Le sommet de Cancun s’est achevé le 11 décembre 2010, et à cette occasion une décision sur un mécanisme visant à réduire la déforestation tropicale (Redd) a été adoptée. Une décision qui a encore du chemin à parcourir.

La déforestation au province de Bandundu au Congo.

Redd kesako ?

L’idée consiste à amener des pays comme le Brésil, l’Indonésie ou les pays du bassin du Congo, à protéger leurs forêts tropicales, précieuses mais menacées, en échange de moyens financiers conséquents. Redd constitue un dispositif très important dans les négociations internationales sur le climat : la destruction des forêts engendre environ 20 % des émissions globales de gaz à effet de serre (GES), à l’origine du dérèglement climatique. Quelque 13 millions d’hectares de forêt, soit l’équivalent de la superficie de la Grèce, disparaissent chaque année dans le monde. En savoir plus sur le site dédié.

REDD a encore besoin de garanties solides

Côté positif, le texte adopté à Cancun sur Redd ne fait aucune référence au marché du carbone, au grand dam de certains gouvernements, comme celui des États-Unis, et des multinationales les plus polluantes. Les puissants lobbies forestiers ont donc subi un revers important – mais temporaire : il est certain qu’ils ne vont pas désarmer, la bataille promet encore d’être rude l’an prochain, à Durban.

Cependant, l’accord de Cancun n’offre pas toutes les garanties d’efficacité, d’intégrité environnementale et d’équité, loin de là. Par exemple, une disposition transitoire de ce texte pourrait permettre aux pays forestiers de ne sélectionner que certaines zones de leurs forêts, au lieu de s’en tenir à une approche nationale. Cette disposition risque donc de permettre de déplacer le problème de la déforestation d’une région à l’autre du pays…

Autre point critique : la prise en compte de la dimension sociale (droits et intérêts des communautés forestières, et particulièrement des peuples autochtones) et de la biodiversité des forêts est certes « encouragée », mais, en l’absence d’un contrôle international rigoureux et surtout de volonté politique dans les pays concernés, ces belles intentions risquent d’être sans effet.

Cette inquiétude est renforcée par l’absence d’un objectif global associé au futur mécanisme Redd : la préservation des forêts naturelles, en particulier des forêts primaires, n’est pas une priorité. Or il s’agit des régions les plus riches en biodiversité, les plus importantes du point de vue climatique et qui abritent aussi les communautés les plus vulnérables à la dégradation de l’environnement. Dans une logique comptable perverse, ce texte pourrait valoriser autant que ces forêts primaires des zones de plantations industrielles en monoculture.

2011 : l’année ou jamais !

2011, décrétée par l’ONU année internationale des forêts, devra mettre en lumière l’importance des forêts, la nécessité de plus et mieux les protéger, leur rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques et pour la survie de communautés locales, partout dans le monde.

A Cancun, un cadre international, même encore flou, a été adopté. La prochaine conférence internationale sur les changements climatiques, prévue en décembre, à Durban, en Afrique du Sud, devra clarifier les nombreuses zones d’ombre contenue dans l’accord de Cancun. Par ailleurs, le travail doit s’accélérer au niveau des pays forestiers tropicaux dès aujourd’hui…

Le Brésil, début décembre, annonçait une baisse record de la déforestation en Amazonie. En 2009-2010, « seuls » 6 500 km² de forêts ont été rasés, soit une réduction de 77 % par rapport à 2004, l’une des pires années, qui avait vu disparaître 27 500 km² de forêts, soit pratiquement la superficie de la Belgique…Mais tandis que le gouvernement brésilien fanfaronne avec ces chiffres prometteurs, le puissant lobby agro-industriel du Parlement continue à chercher des échappatoires, notamment en adaptant la législation forestière. La session parlementaire reprend en février. Les lobbies sont donc dans les starting blocks…

En Indonésie, en mai dernier, le gouvernement a signé un pré-accord avec la Norvège, prévoyant l’instauration d’un moratoire à la destruction des forêts. Mais face au lobby des destructeurs de la forêt, principalement les industries du palmier à huile et du papier, la mise en place de cet accord n’en fini pas d’être repoussée, et ses ambitions érodées.

Quant à la République démocratique du Congo, un processus ambitieux d’élaboration d’une stratégie nationale Redd y a démarré. Mais curieusement, l’industrie forestière dont les permis d’exploitation couvrent environ13 millions d’hectares, une zone principalement constituée de forêt primaire, prétend bénéficier de financements Redd… Sans doute en « récompense » des destructions environnementales et des conflits sociaux qu’elle y provoque !