Chaque année, 13 millions d’hectares de forêts disparaissent, soit la taille d'un terrain de football toutes les deux secondes. L’ONU estime que près de la moitié des forêts primaires de la planète ont été détruites au cours du 20e siècle.

En 2016, vous avez été des millions dans le monde à soutenir les actions de Greenpeace pour protéger les forêts. Avec des résultats à la clé ! 

Espérons que cette liste de victoires soit encore plus longue en 2017 !

 1. Chine: l'habitat des Pandas géants préservé

pandas

Début 2016, le gouvernement chinois a pris des mesures pour préserver l’habitat naturel de cette espèce menacée. Ces initiatives ont été mises en place en réaction à la publication d’un rapport d’enquête de  Greenpeace sur l’exploitation forestière illégale dans la province du Sichuan. Les chercheurs de Greenpeace ont recueilli, pendant plus de deux ans, des preuves montrant que ces activités illégales détruisaient l’habitat naturel du panda géant et menaçaient son existence.

2. Canada : sanctuarisation de la forêt du Grand ours

ours canada

Greenpeace a travaillé au coude à coude avec les communautés autochtones canadiennes pendant des années pour que cette forêt soit protégée de l’exploitation minière et forestière. En février 2016, le gouvernement de Colombie-Britannique s’est engagé à sanctuariser 85 % de cette forêt ; les 15 % restant étant soumis à une réglementation stricte. 

3. Russie : les mines d’or ne pollueront pas les forêts vierges de Komi

russie mine d'or

Le Parlement russe, sous la pression des compagnies aurifères, voulait modifier les limites du parc national de Yudyg Va, au cœur des forêts vierges de Kumi. Les zones convoitées par les compagnies se seraient ainsi retrouvées à l’extérieur du parc, et leur exploitation aurait donc pu être autorisée. C’était sans compter sur la détermination de Greenpeace Russie qui, avec la mobilisation de 22 000 personnes, a réussi à faire en sorte que ce projet soit abandonné.

4. Amazonie : quand la haute-technologie permet de confondre les pilleurs des territoires indigènes

amazon technologie

En mars, le ministère brésilien de l’Environnement a arrêté 11 personnes pour exploitation forestière illégale et fermé 10 scieries clandestines dans la forêt amazonienne, sur les terres ancestrales de la communauté indigène ka’apor. L’an dernier, Greenpeace avait aidé les Ka’apors à dissimuler des caméras dans la forêt pour filmer les camions de transport de bois illégal. Des dispositifs de localisation électroniques ont également permis de suivre le trajet de ces camions jusqu’aux scieries illégales. Les preuves ainsi récoltées ont permis au gouvernement d’agir et de sanctionner les responsables de ce pillage.

5. Argentine : pas d’exploitation pétrolière dans le parc national Calilegua

jaguar argentine

Début 2016, le ministère argentin des Mines a décidé de fermer les puits de pétrole installés en plein cœur du parc national Calilegua, au nord de l’Argentine. Cette réserve naturelle abrite des jaguars, des tapirs et des toucans. Contrairement à ce que prévoit la loi du pays, aucune étude d’impact environnemental n’avait été effectuée avant l’octroi des autorisations de forage. Greenpeace Argentine avait mené pendant plus d’un an une campagne intense aux côtés des associations locales, des gardes forestiers et des habitants.

6. Politique « zéro déforestation » de Michelin : un signal positif pour les forêts du Cameroun et du Libéria

chimpanzee zero deforestation michelin

Le groupe Michelin, premier acheteur de caoutchouc naturel au monde, a publié en juin une politique d’approvisionnement « Zéro Déforestation » basée sur une méthodologie exigeante recommandée par Greenpeace.

Craignant peut-être de se voir marginaliser, la Socfin, l’un des principaux fournisseurs du géant du pneu, a réagi le mois suivant  en annonçant son intention de s’engager officiellement à lutter contre la déforestation. La Socfin, une société belge détenue à 38 % par le groupe Bolloré, dispose d’environ 50 000 hectares d’hévéas en Afrique et 80 000 hectares de palmiers à huile. En tout, 325 000 hectares de concessions forestières en Afrique, notamment au Cameroun et au Libéria. C’est tout un secteur industriel qui est en train d’évoluer, sous la pression exercée par Greenpeace et les citoyen-ne-s impliqué-e-s dans ses campagnes.

7. Forêts du Congo : 650 000 hectares échappent aux tronçonneuses

parc virunga congo

Le gouvernement de la république démocratique du Congo a violé ses propres règles en autorisant des entreprises forestières à exploiter une zone aussi grande que 1,3 million terrains de football. Greenpeace Afrique a dénoncé ce scandale au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. Le premier Ministre a immédiatement rappelé à l’ordre son ministre de l’Environnement, qui avait validé les permis, et ceux-ci ont été révoqués.

8. Brésil : annulation d’un projet de barrage qui aurait détruit le coeur de la forêt amazonienne et inondé les terres ancestrales des Mundurukus

tapajos munduruku

L’agence brésilienne de protection de l’environnement n’aurait jamais rejeté ce projet de barrage si 1,2 million de personnes à travers le monde, n’avaient pas soutenu notre campagne ! La construction du barrage de São Luiz do Tapajós aurait notamment eu pour effet d’inonder les terres ancestrales du peuple autochtone munduruku, en plein cœur de la forêt amazonienne.

9. Forêt amazonienne : des progrès du côté du soja et de l’élevage

perroquet amazonie

En 2016, nous avons fêté les 10 ans du moratoire sur les plantations de soja en Amazonie, adopté en 2006 après une campagne de longue haleine de Greenpeace et de ses militants. Avant sa mise en place, la culture du soja était responsable de 30% de la déforestation, contre 1,25% aujourd’hui. Cependant, la principale cause de la déforestation amazonienne est l’élevage bovin. Là aussi, le travail de Greenpeace au Brésil a contribué à l’engagement de trois grandes chaînes de supermarché de ne plus commercialiser que du bœuf garanti sans déforestation.

La déforestation représente une triple menace : pour la biodiversité, les équilibres climatiques mondiaux et les conditions de vie des populations locales vivant dans les bassins forestiers. Bien évidemment, beaucoup reste encore à faire pour protéger nos forêts. Nous comptons sur votre soutien en 2017 pour nous aider à faire reculer la déforestation !