Sithe Global Sustainable Oils Cameroon (SGSOC), votre concession provisoire a démarré le 25 novembre 2013. En ce 25 novembre 2016, date qui signe la fin de cette concession, nous, les chefs des villages d'Ikoti et Babensi II, aimerions vous présenter nos souhaits d'anniversaire. Que la fin de cette concession provisoire soit VOTRE FIN! Ce serait le meilleur cadeau que le gouvernement camerounais pourrait nous faire ainsi qu’à nos communautés, après toutes les illégalités que nous avons subies au cours des trois dernières années.

Le 25 octobre dernier, les représentants des chefs des sept villages d’Ayong, Badun, Babensi I, Babensi II, Nguti, Ebanga et Sikan dans la subdivision Nguti ont publié un communiqué dénonçant les impacts du projet SGSOC sur nos communautés et notre environnement, en proposant aussi des recommandations pour résoudre la situation actuelle.

Nous tenons ici à réitérer ces recommandations. Alors que la concession provisoire arrive à son terme aujourd’hui, nous exhortons le gouvernement du Cameroun à mettre fin à ce projet destructeur pour les raisons énumérées ci-dessous. Nous avons exposé ces points à plusieurs reprises dans nos communications et ils ont également été relayés par de nombreux partenaires nationaux et internationaux. Voici donc les principales raisons pour lesquelles nous considérons qu’il est temps pour vous, SGSOC, de vous retirer :

  1. Vous avez utilisé des méthodes illégales et corrompues d'acquisition foncière sans consulter suffisamment les communautés concernées
  2. Non respect des résolutions des procès-verbaux du conseil consultatif foncier par l'administration locale et la société : la consultation village par village, la résolution des conflits existants à propos de l'utilisation des terres, ainsi que l'identification et la cartographie participatives de la zone n'ont jamais eu lieu
  3. Invasion et destruction de terres agricoles dans plusieurs villages comme à Babensi I et Babensi II, qui ne font pourtant pas partie du décret présidentiel de 2013
  4. Présence de plusieurs terres agricoles dans la zone désignée dans le décret comme concession SGSOC
  5. Intrusion et destruction de plusieurs terres agricoles dans d'autres communautés touchées
  6. Absence de communication et de dialogue entre l'entreprise et les communautés. Malgré les efforts de plusieurs communautés pour demander un dialogue avec l'entreprise pour résoudre les problèmes existants, l'entreprise a ignoré les appels de ces communautés ces trois dernières années.

Nous n'oublions pas les anciens employés qui se sont tournés vers la justice après avoir été mis à pied par vous sans indemnités.

Nous cherchons seulement à récupérer notre terre et à conserver ce qui nous appartient. Nous, les anciens de ces communautés, devons à nos enfants d'ouvrir la voie à un avenir où les communautés peuvent jouir de leurs droits sur leurs terres, avoir l’assurance d’une sécurité alimentaire, afin de pouvoir vivre de nouveau en harmonie avec la nature.

En ce jour noir, nous implorons le gouvernement du Cameroun de nous entendre en mettant un terme à cette concession. Il s’agit d’un mauvais projet au mauvais endroit.

A vous, SGSOC, nous vous disons que vous n’êtes plus les bienvenus. Emballez vos affaires et partez !!!!

Chef Ejeba Ewane Joseph, Babensi II, Sub-division de Nguti

Chef Ekue John Epimba, Ikoti Ngolo, Sub-division de Toko