SAIREC : une opportunité pour les pays africains, selon le directeur de Greenpeace international

Communiqué de presse - octobre 5, 2015
Le Cap, le 4 octobre 2015 - Pour le directeur exécutif de Greenpeace International, Kumi Naidoo, l’ouverture de la Conférence Internationale pour les Energies Renouvelables en Afrique du Sud (SAIREC) offre aux états africains l’opportunité d’augmenter leurs objectifs en matière d’énergie renouvelable. Développer le secteur et s’engager à construire des réseaux électriques décentralisés permettrait de sortir des millions de personnes de la pauvreté sur tout le continent.

Kumi Naidoo rajoute : “Les pays africains ont une demande croissante en énergie, et en termes de justice sociale, une des priorités doit être d’assurer l’accès à l’énergie à tout le monde. Cela est possible en optant pour la voie des énergies renouvelables (1). L’Afrique peut sauter l’étape d’un développement sale et investir directement dans des solutions énergétiques renouvelables et décentralisées, plaçant l’énergie dans les mains du peuple. Le continent africain est en position idéale pour devenir le champion d’un futur basé sur les sources d’énergies propres et renouvelables, qui ont le potentiel de générer des millions d’emplois et de simuler la croissance économique.”

La Conférence Internationale pour les Energies Renouvelables en Afrique du Sud (SAIREC) (2) est organisée conjointement par le Département de l’Energie et l’Institut National de Développement de l’Energie d’Afrique du Sud (SANEDI). Sous le thème “Re- énergiser l’Afrique”, la conférence est une plate-forme mondiale réunissant ministres, acteurs du secteur privé et de la société civile, leur permettant de discuter, d’échanger leurs points de vue, expériences et solutions pour accélérer la transition vers les renouvelables en Afrique et au niveau international.

En Afrique du Sud particulièrement, Greenpeace Afrique appelle le gouvernement à prendre en compte l’impressionnante croissance des renouvelables, à investir massivement et à supprimer les barrières réglementaires qui empêchent le développement du secteur. 

“Organiser SAIREC est une opportunité précieuse pour rappeler au gouvernement sud-africain de tenir ses promesses en matière de renouvelables. Il est temps qu’il s’engage pour l’objectif de 94% de l’électricité en Afrique du Sud produite via les renouvelables en 2050. La pire conclusion serait que SAIREC ne soit qu’un énième espace de discussion,  un laboratoire d’idées non suivi de mesures et d’engagements concrets pour l’Afrique du Sud et le continent Africain” déclare Melita Steele, responsable de campagne énergie pour Greenpeace Afrique.

 

Notes aux éditeurs :

1. Greenpeace organise une conférence-débat le mardi 6 octobre de 13h à 14h30 sur le thème “Ce n’est plus de la science-fiction: atteindre 100% d’énergie renouvelable est possible dès 2050” (salle: Ballroom East). Les principaux conférenciers sont Christine Lins (REN 21), Kumi Naidoo (Directeur exécutif de Greenpeace International), Emily Rochon (Responsable technique, Greenpeace International) et Lyndlyn Moma (Directrice des programmes de Greenpeace Afrique). Une attention particulière sera portée à la transition énergétique en Afrique et dans les pays en développement.

2. L’Afrique du Sud est le 6ème pays, et le premier en Afrique, à accueillir la conférence internationale sur les énergies renouvelables (IREC).

 

 

Contacts:

 Mbong Akiy Fokwa Tsafack, Responsable de communication, Greenpeace Afrique: , +27 716881274

 Angela Karnein, Chargée des médias, Greenpeace Afrique: : +27 725608700