Detox : des produits dangereux retrouvés dans des articles de sports de plein air

Actualité - février 1, 2016
Des produits chimiques dangereux ont été détectés dans des vêtements et des équipements de sports de plein air, d’après les résultats d’analyses publiés aujourd’hui par Greenpeace Allemagne, Italie et Suisse. Au total, 90 % des articles testés contenaient des PFC, une famille de substances chimiques persistantes. Les marques de sports de plein air font le bonheur des amoureux de la nature. Mais la respectent-elles vraiment ?

 

 Les analyses ont porté sur 40 articles (vêtements, chaussures, tentes, sacs à dos, cordes et sacs de couchage) choisis par environ 30 000 internautes lors d’un vote organisé sur internet par des bureaux de Greenpeace.

Ces articles de 11 marques différentes ont été achetés dans 19 pays , et provenaient de différents lieux de production . Des PFC ont été détectés dans 36 articles, et des PFC à chaîne longue particulièrement dangereux dans 18 d’entre eux. Dans leurs communications publiques, la plupart des marques affirment pourtant ne plus avoir recours à ces substances.

Des PFOA ont été retrouvés dans des produits de The North Face et de Mammut. Il s’agit d’une catégorie de PFC à chaîne longue, considérée comme une substance « extrêmement préoccupante » par l’Agence européenne des produits chimiques. 

< style="box-sizing: border-box; font-family: inherit; font-weight: 500; line-height: 1.1; color: #000000; margin-top: 20px; margin-bottom: 10px; font-size: 1.6em;">Les PFC, dangereux pour la santé humaine et l’environnement

Les composés perfluorés ou polyfluorés (PFC) sont des produits chimiques artificiels largement utilisés par les industriels du textile pour rendre leurs articles imperméables et antitaches.

Une fois présents dans l’environnement, ils se dégradent très lentement et peuvent s’immiscer dans la chaîne alimentaire. Des traces de PFC ont été retrouvées dans le foie de dauphins ou d’ours polaires, mais aussi dans des échantillons de sang humain. Certains PFC peuvent aussi affecter le système reproductif et endocrinien, et faciliter la croissance de tumeurs.

Ces produits chimiques sont aussi très volatiles. Au printemps 2015, des équipes de Greenpeace ont mené des expéditions dans huit régions montagneuses et reculées du globe pour y recueillir des échantillons d’eau et de neige. Tous les échantillons prélevés étaient positifs aux PFC, de la Chine à la Russie en passant par les Alpes et la Patagonie. Bien entendu, ces produits polluent aussi l’environnement des régions où les textiles sont fabriqués.

Expedition à Pilato Lake en Italie

 Des membres de Greenpeace prélèvent des échantillons de neige dans les Apennins (Italie), mai 2015. © Roberto Isotti / Greenpeace.

Tags