Glyphosate :

l’UE élude le risque de cancer

Communiqués de presse - novembre 12, 2015
Depuis mars, l’Organisation mondiale de la Santé estime que le glyphosate est « probablement cancérogène pour l’homme ». Selon la législation européenne, un pesticide de ce niveau de risque ne doit pas être utilisé, à moins qu’il puisse être démontré que l’exposition humaine est négligeable. Outre l’EFSA, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) se penche également sur les risques pour la santé (dont le cancer) de cet herbicide, mais son rapport ne paraîtra pas avant 2017.

La dernière analyse de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) ouvre la voie à un renouvellement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne. Greenpeace rappelle que l’herbicide le plus utilisé au monde a été associé au cancer par l’Organisation mondiale de la Santé.

Comment l’EFSA peut-elle aboutir à une conclusion différente de celle de l’Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la Santé ? Une grande partie du rapport qu’elle publie aujourd’hui ressemble à un copier-coller d’études non publiées commanditées par les producteurs. Les preuves que le glyphosate provoque le cancer sont habilement éludées.

Que l’EFSA recommande de prolonger l’autorisation d’utilisation du glyphosate ne fait que poser de sérieux doutes sur son indépendance scientifique.

Interdiction

Dans les prochaines semaines, la Commission européenne se prononcera sur le glyphosate et dira si cette substance peut toujours être utilisée au sein de l’Union européenne. La Commission prolongera probablement l’approbation du glyphosate jusqu’en juin 2016, afin qu’un comité technique ait le temps d’établir une recommandation.

Depuis mars, l’Organisation mondiale de la Santé estime que le glyphosate est « probablement cancérogène pour l’homme ». Selon la législation européenne, un pesticide de ce niveau de risque ne doit pas être utilisé, à moins qu’il puisse être démontré que l’exposition humaine est négligeable. Outre l’EFSA, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) se penche également sur les risques pour la santé (dont le cancer) de cet herbicide, mais son rapport ne paraîtra pas avant 2017.

Les organisations environnementales et sanitaires, dont Greenpeace, incitent à une interdiction du glyphosate, notamment pour les particuliers. Elles demandent à la Commission de prendre l’avertissement de l’OMS au sérieux, et de fonder sa décision sur les avis des deux agences européennes, l’EFSA et l’ECHA. Autoriser l’utilisation du glyphosate pour dix années supplémentaires n’aurait aucun sens