Greenpeace stoppe un chargement d’OGM dans les eaux polonaises

Actualité - novembre 19, 2005
Ce matin, dans le port de Gdynia, Greenpeace a empêché le déchargement de la cargaison d’un bateau transportant 25 000 tonnes de soja génétiquement modifié en provenance d’Argentine. Des militants de Greenpeace, venus d’une dizaine de pays européens, se sont enchaînés à l’ancre du «Hope» afin de bloquer le navire.

Greenpeace stoppe un chargement d’OGM dans les eaux polonaises

Cette action de protestation a pour objectif de mettre en lumière la responsabilité de l'Europe dans le processus de dissémination incontrôlée des OGM, mais également les risques environnementaux graves liés à la culture d'OGM dans les pays producteurs. En effet, la culture du soja transgénique en Argentine est la cause de la destruction massive des forêts anciennes du pays, de l'emploi accru d'herbicides et d'insecticides toxiques et de la dégradation des sols (1).  

Aujourd'hui, 20 millions de tonnes de soja transgéniques sont importées chaque année en Europe. 80% de celles-ci terminent dans les mangeoires de nos animaux d'élevage. Le soja transgénique est en train de se frayer un passage privilégié vers la chaîne alimentaire européenne via la Pologne. Ces 5 dernières années, les importations de soja OGM argentin dans ce pays ont été multipliées par six. Les industries de la viande en Pologne - principalement sous contrôle étranger - qui nourrissent les porcs avec du soja OGM, exportent leurs produits vers la Belgique, l'Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lettonie, la Lituanie et la Roumanie.

 « Le soja OGM importé en Pologne est utilisé pour fabriquer les aliments des animaux d’élevage » explique Maciej Muskat, chargé de campagne OGM pour Greenpeace en Pologne. « Il est vraiment effrayant de constater que du fait de leur alimentation à base de soja transgénique, les porcs polonais sont responsables de la destruction de l’environnement à l’autre bout de la planète ! Greenpeace demande à l’industrie polonaise de stopper toute importation de soja OGM ».

Bien que la grande majorité des consommateurs européens refuse de consommer des OGM, les règlements européens ne leur permettent pas de les éviter dans les produits issus d'animaux. « Alors que 80 % des OGM sont utilisés dans l’alimentation des animaux, on empêche les consommateurs de les éviter puisque les produits issus d’animaux nourris aux OGM (lait, viande, œufs) ne sont pas étiquetés. Le choix du consommateur est un leurre, qui sert uniquement les intérêts des firmes de biotechnologie et de l’industrie agroalimentaire » explique Arnaud Apoteker, chargé de campagne OGM pour Greenpeace France.

 « Les nouveaux pays européens, comme la Pologne, ne doivent pas devenir l’ « exutoire» pour le soja génétiquement modifié en provenance d’Amérique latine. 76% des Polonais souhaitent éviter de consommer des OGM et 14 des 16 régions polonaises se sont déclarées régions sans OGM. Les Polonais aussi refusent que les géants de l’agro alimentaire leur imposent les OGM » conclut Maciej Muskat.

Note: 

1. Pour plus d'informations sur les dommages environnementaux et les risques liés aux OGM, voir: http://www.greenpeace.org/luxembourg/press/reports/les-ogm-dans-l-alimentation-de