Une base américaine menace un récif corallien au Japon

Actualité - mars 22, 2005
"Il est 8h30 du matin et cela fait près d'une heure et demie que j'occupe, avec trente autres militants, une plate-forme de forage à 500 mètres des côtes. D'ici, on peut voir les travailleurs du 'Defense Construction Agency' se rassembler sur la plage de Henoko, à Okinawa. Ils attendent l'arrivée du bateau de pêche qui les emmenera jusqu'ici. Ils tenteront de forer le premier des 64 trous dans un récif corallien abritant une vie marine exceptionnelle. Mais cela fait déjà 300 jours que dure l'occupation du site et nous ne sommes pas prêts de tout abandonner". Yuka Ozaki.

Le Dugong, un mammifère gravement menacé

En 1996, un accord fut intervenu pour la création d'une base aérienne, avec une piste d'envol de 2.600 mètres de long, des hangars, des tours de contrôle... à Henoko, Okinawa, au large des côtes japonaises. Cette folie de 10 millions de dollars sera payée par le contribuable japonais. Autrement dit, cet argent servira à détruire un récif corallien magnifique, servant de refuge à des

créatures telles que le dugong (une sorte de lamantin), des mammifères marins et des tortues.

Le programme des Nations unies pour l'Environnement demande la création d'une réserve maritime pour protéger le dugong, une espèce menacée. Mais au lieu de cela, le site risque d'être dynamité pour y

construire une piste d'envol.

En 1997, la population locale s'est prononcée à une écrasante majorité contre la base. Le bourgmestre, également opposé au projet, fut contraint de donner son feu vert. Pour marquer son désaccord, il démissionna aussitôt. L'acharnement des habitants de la région permet de retarder le projet jusqu'en septembre 2004. Tout au long de ces 300 derniers jours, ils ont occupé les plates-formes construites à 500 mètres des côtes et ont ainsi pu empêcher que les travaux ne progressent.

Un habitant âgé de 84 ans nous a dit: « nous savons pertinemment bien que la construction de la base aérienne n'est pas une bonne chose. Les eaux tout autour abondent en créatures marines qui nous permettent de vivre, comme des poulpes, des algues et toutes sortes de coquillages. Si la base est construite, il n'aura plus de futur pour nos enfants. Je ne peux pas laisser faire ça. »

Le Rainbow Warrior est arrivé sur place la semaine dernière pour prêter main forte aux populations locales.

Thèmes