Développer l’agriculture durable pour pouvoir nourrir le monde de demain!

Greenpeace publie le rapport «L’Agriculture à la croisée des chemins»

Communiqués de presse - novembre 16, 2009
Du 16 au 18 novembre le Sommet mondial sur la sécurité alimentaire se tiendra à Rome. Les représentants politiques et les experts se pencheront plus particulièrement sur les impacts du changement climatique sur l’agriculture et essayeront de définir le modèle d’agriculture qui pourra nourrir une population mondiale croissante. Greenpeace publie à cette occasion son rapport « L’Agriculture à la croisée des chemins » qui présente le modèle d’une agriculture durable capable de nourrir le monde de demain.

Detail view of organic potatoes grown in Peter Nilsson's farm. He and his family have a dairy herd of about 80 cows and 125 hectares of grazing and cropping land. Since 2002, all their farm produce is certified as organic under KRAV (the Swedish organic label). They grow potatoes, maize, broccoli, beans, lettuce, carrots, and squash.

«Greenpeace demande aux gouvernements de soutenir, partout dans le monde, le développement d'une agriculture durable et sans OGM, respectueuse de l'environnement, préservant la biodiversité et assurant l'existence, notammant de millions de petits agriculteurs à travers le monde, ceci tout en produisant une alimentation saine et suffisante pour nourrir une population mondiale croissante» déclare Maurice Losch, chargé de campagne OGM et agriculture de Greenpeace Luxembourg.

Durant les dernières décénies l'agriculture industrielle - très dépendante des intrants chimiques et faisant usage d'organismes génétiquement modifiés (OGM), qui sont les uns comme les autres responsables d'une réduction sensible de la biodiversité et poent des questions de santé humaine - n'a pas réussi à vaincre la faim dans le monde. L'agriculture industrielle par son utilisation intensive d'intrants chimiques est aussi une des causes majeures du changement climatique et est directement responsable d'environ 14% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Si on ajoute à cela les effets liés à la déforestation, notamment dans les pays du sud, ainsi que la production de fertilisants et les répercutions des transports, par exemple ceux des exporations massives de matières fourragères vers l'UE, le secteur agricole émet 30% des gaz à effet de serre.

La conclusion du rapport «International Assessment of Agriculture Knowledge, Science and Technology - IAASTD»  des Nations Unies, de janvier 2009, élaboré par plus de 400 scientifiques indépendants, soutenu par quelques 60 États et sur lequel est basé le rapport de Greenpeace est claire : La solution à la faim dans le monde est une agriculture durable et sans OGM, protégeant l'environnement, la santé humaine et la biodiversité.

«Greenpeace demande au gouvernement du luxembourgeois de s'engager, lors de toutes conférences et négociations internationales traitant du sujet, en faveur d'une agriculture durable et sans OGM. Nous insistons notammant auprès du gouvernement pour qu'il applique les principes d'une agriculture durable et sans OGM dans la politique et les critères de la politique d'aide au développement et de la coopération», conclut Maurice Losch.

Other contacts:

Losch Maurice, Chargé de campagne OGM et agriculture, Tel.: 621 215 024, email: