Exercice Kyoto pour le Ministre de l'Environnement

Communiqués de presse - avril 7, 2006
Le 5 avril 2006, Greenpeace avait présenté son étude actualisée «CO2-Reduktionsplan für Luxemburg» qui démontre qu'il existe un grand potentiel de réduction des gaz à effet de serre au Luxembourg. Pour aider le Ministre de l'Environnement, Monsieur Lucien Lux, dans la rédaction du Plan national d’allocation des émissions de gaz à effet de serre, des militants Greenpeace ont accroché aujourd'hui les solutions de «l’exercice Kyoto» sur le rocher juste en face du ministère de l'environnement.

Des militants Greenpeace accrochent les solutions de «l’exercice Kyoto» sur le rocher en face du ministère de l'environnement.

En effet, dans les semaines qui viennent, le Ministre de l'Environnement devra finaliser le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour le Luxembourg. «Nous avons placé ce message juste en face de son bureau pour lui rappeler l'urgence de lutter contre les changements climatiques, mais aussi pour l'inciter à respecter les obligations du Luxembourg face à la communauté internationale dans le cadre du protocole de Kyoto et enfin pour qu'il prenne toutes les mesures concrètes que lui permettent les potentiels de réduction existants», a déclaré Roger Spautz de Greenpeace Luxembourg.

La bannière de 13 sur 20 mètres qui a été fixée à la vue du bureau du Ministre de l'Environnement montre avec des symboles les potentiels de réduction dans les secteurs les plus importants:

  • Tourisme à la pompe: potentiel de réduction de 2,58 millions de tonnes de CO2;
  • Mesures pour réduire les émissions des industries: potentiel de réduction de 0,48 millions de tonnes de CO2;
  • Mesures pour réduire le gaspillage énergétique dans les bâtiments: potentiel de réduction de 0,23 millions de tonnes de CO2;
  • Mesures pour réduire la consommation du parc automobile intérieur: potentiel de réduction de 0,30 millions de tonnes de CO2.

En décidant les mesures nécessaires dans ces secteurs, le Luxembourg pourra réduire ses émissions de CO2 de 3,59 millions de tonnes pour 2010 et s'approcher du quota permis par le protocole de Kyoto. L'étude actualisée de Greenpeace a démontré qu'en dehors de ces secteurs il existe encore un potentiel de réduction de 0,16 millions de tonnes de CO2 dans le secteur de la production d'électricité nationale en imposant un seuil aux émissions de la turbine gaz vapeur. «Le Ministre de l'Environnement a toujours été très engagé pour la protection du climat au niveau de l'Union européenne et sur la scène internationale. Nous espérons qu'il montrera la même rigueur au niveau national», a conclu Spautz.

Other contacts:

Roger Spautz, tél.: 54625227 ou 021233361