Greenpeace présente son mémorandum au futur gouvernement

Pour Greenpeace, la protection de l'environnement doit devenir une priorité majeure du prochain gouvernement

Communiqués de presse - juillet 20, 2004
Ce matin, dès 8h30, une dizaine d'activistes de Greenpeace déployaient une bannière à l'entrée du ministère de l'Emploi et du Travail invitant les Présidents du PCS, M. François BILTGEN et du POSL, M. Jean ASSELBORN à inscrire la protection de l'environnement comme une priorité majeure du programme de coalition du futur gouvernement.

Ils attendaient M. Jean-Claude JUNCKER et les Négociateurs du futur gouvernement pour leur remettre en mains propres le Memorandum de leurs principales revendications.

Ce document de six pages exhorte le Formateur et les représentants des partis socio-chrétien et socialiste à prendre en compte dans l'élaboration du futur programme gouvernemental les enjeux environnementaux principaux. "Nous avons regroupé en cinq grandes thématiques, à savoir, la protection du climat, l'application du principe de précaution, la sauvegarde de la biodiversité, la paix et le développement durable, les sujets sur lesquels le gouvernement ne devra pas faire d'impasse au cours de la prochaine législature" explique Paul Delaunois, le Directeur de Greenpeace Luxembourg.

Les militants de l'organisation écologiste craignent, en effet, que dans la période qui s'annonce incertaine et plus difficile pour le pays, les choix avec une portée à court terme ne l'emportent sur une politique plus courageuse mais conforme aux principes du développement durable. Greenpeace attend du prochain gouvernement que celui-ci ne limite pas sa politique environnementale uniquement au niveau du ministère de l'environnement mais qu'il intègre de façon transversale les thématiques pointées par l'organisation écologiste et qu'il les décline dans toutes les politiques mises en oeuvre par le futur gouvernement.

Roger Spautz, porte-parole de Greenpeace Luxembourg, insiste sur l'absence depuis des années d'une politique environnementale cohérente. Il réclame "une politique active pour préserver le climat, notamment en respectant nos engagements vis à vis de la communauté internationale, en réduisant considérablement notre consommation en carburant et en développant une politique du logement durable".

Compte tenu des avantages intrinsèques dont bénéficie le Luxembourg, Greenpeace est d'avis que le gouvernement devrait s'atteler d'urgence à conduire le pays vers un Etat modèle en matière de protection de l'environnement et de développement durable en facilitant l'implantation sur notre territoire de nouvelles industries telles que les entreprises de la filière des énergies renouvelables, agro-alimentaire "bio" ou encore du bois certifié FSC et en élaborant un concept pour favoriser les produits financiers durables intégrant des incitants fiscaux pour les investissements compatibles avec le développement durable.

Le mémorandum peut être téléchargé ici.